Si plus de la moitié des enfants de 5 à 11 ans de la province ont reçu au moins une dose de vaccin contre la COVID-19, il en va autrement dans certains quartiers montréalais. Un pédiatre appelle Québec à faire preuve d’« imagination » et à mieux « cibler » ses efforts.

Publié le 30 déc. 2021
Florence Morin-Martel
Florence Morin-Martel La Presse
Lila Dussault
Lila Dussault La Presse

Dans Saint-Léonard, seuls 21,2 % des enfants avaient été vaccinés en date du 20 décembre. Ce taux était d’à peine 29,1 % dans Anjou, de 34,3 % dans Ville-Marie, de 33,5 % dans Montréal-Nord et de 37 % dans Ahuntsic-Cartierville.

Le gouvernement doit faire des « efforts plus ciblés » pour rejoindre les quartiers avec les plus faibles taux de vaccination, estime le Dr Olivier Drouin, pédiatre au CHU Sainte-Justine de Montréal. « Dans n’importe quel groupe où la vaccination est moins présente, ça augmente la propagation, soutient-il. Chez les enfants, en particulier, il faut être plus imaginatifs et agressifs dans nos efforts de vaccination. »

Les quartiers où la vaccination chez les enfants est à la traîne affichent des taux moindres chez les adultes aussi, fait observer la Dre Valérie Lamarre, pédiatre infectiologue au CHU Sainte-Justine.

La course aux rendez-vous avant la rentrée

La Presse s’est rendue au Palais des congrès, mercredi, où la famille Lopez venait faire vacciner Natalia, 11 ans, et Santiago, 10 ans. « Ils vont commencer l’école en janvier », explique leur père Walter Lopez. Ce dernier ajoute qu’ils viennent tout juste d’arriver du Venezuela.

PHOTO DAVID BOILY, LA PRESSE

La famille Lopez, nouveaux arrivants au Québec, s’est rendue au Palais des congrès pour faire vacciner les enfants.

Vincent Alimi et sa conjointe, Christine Desjarlais, ont également profité de la journée de mercredi pour compléter la vaccination de leurs quatre enfants. Noé, 10 ans, Nicola, 9 ans, Alice, 7 ans, et Rosalie, 5 ans, ont retroussé leur manche pour la deuxième fois. La famille prévoit se rendre au Vermont, explique Mme Desjarlais. « Il y a aussi la reprise de l’école », fait valoir M. Alimi.

Encore faut-il avoir accès à un vaccin.

À Montréal, seules deux cliniques offrent actuellement la vaccination sans rendez-vous pour les enfants, soit le Palais des congrès et le Stade olympique, selon le site de Santé Montréal.

Mercredi, La Presse a tenté de prendre rendez-vous pour faire vacciner un enfant. Au CLSC de La Petite-Patrie, on ne pouvait pas obtenir de rendez-vous avant le 13 janvier. Au CLSC d’Ahuntsic, l’attente était encore plus longue, puisqu’aucune place n’était libre avant le 18 janvier.

Autre exemple : la clinique de vaccination de Christophe-Colomb était carrément fermée, lors du passage de La Presse mercredi. Or, dans Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension, où se trouve cette clinique, à peine 41,9 % des enfants ont reçu au moins une dose.

Vaccination dans les écoles

Prévu en présentiel à compter du 10 janvier, le retour en classe permettra de poursuivre la vaccination dans les écoles, explique la Dre Lamarre.

Depuis le début de la pandémie, la fermeture des écoles a eu des répercussions négatives sur le développement « psychologique, émotif et scolaire » des enfants, souligne le DDrouin. Mais en raison du risque de propagation du coronavirus, « le fait que les enfants sont moins vaccinés » doit aussi être pris en considération pour le retour en classe, selon lui. « C’est souhaitable d’avoir les enfants à l’école, mais il faut que ce soit fait dans un contexte sûr », conclut-il.

Mardi, lors d’un point de presse, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, s’est néanmoins réjoui du taux de vaccination des enfants au Québec. Dans quelques semaines – et avec des efforts supplémentaires –, la proportion de vaccinés chez ce groupe d’âge atteindra celle des 12 à 17 ans, a estimé Daniel Paré, directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec. En date du 27 décembre, 79,8 % des adolescents étaient adéquatement vaccinés dans la province.