(Québec) Fin du masque en classe au secondaire, danse et karaoké à nouveau permis, retour en présence au bureau. Le gouvernement Legault y va d’une nouvelle série d’allègements alors qu’il se prépare à donner le coup de départ d’un « sprint » pour administrer une première dose de vaccin aux 5 à 11 ans d’ici Noël.

Mis à jour le 3 nov. 2021
Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

La vaccination imminente des enfants sera la « clé » pour se « rapprocher d’une vie normale », selon les autorités québécoises. Le gouvernement Legault a demandé mardi au réseau de l’éducation de se préparer à administrer une première dose de vaccin aux 650 000 enfants de 5 à 11 ans avant le congé des Fêtes.

Évidemment, le déploiement de l’opération est conditionnel au feu vert de Santé Canada pour l’utilisation du vaccin pédiatrique de Pfizer-BioNTech. Le Comité sur l’immunisation du Québec ira aussi de ses recommandations par la suite.

« À mon avis, la vaccination des 5 à 11 ans [viendra] fermer véritablement la boucle […] qui va nous permettre de revenir à un nouvel équilibre », a fait valoir mardi le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda.

Assouplissements dès le 15 novembre

Québec a annoncé une série d’assouplissements qui entreront en vigueur le 15 novembre, allant de la réouverture des pistes de danse à l’abolition du registre de clients dans les restaurants. Dans les gyms, le masque pourra être retiré lors d’activités physiques intenses. Ce sera aussi le retour du karaoké à certaines conditions. La consigne de privilégier le télétravail prend également fin.

Le gouvernement Legault a aussi sonné la fin du port du masque en classe pour les élèves du secondaire – il était imposé dans les régions comme Montréal et Laval où la circulation du virus est plus importante. Les élèves devront toujours le porter dans les aires communes et le transport scolaire.

Québec dit vouloir demeurer prudent alors que la pandémie « est relativement sous contrôle » au Québec. On souhaite aussi observer les effets des récents assouplissements, notamment ceux dans les restaurants et les bars, où il n’y a plus de limite de capacité depuis lundi.

Il n’est donc pas encore temps de desserrer l’étau pour les rassemblements à la maison ni de s’aventurer sur des scénarios des Fêtes. « Pourquoi on reste à 10 personnes en ce moment pour les rassemblements privés ? Parce qu’on veut voit comment ça va évoluer. Puis, la meilleure façon d’avoir de belles Fêtes, c’est de respecter les mesures sanitaires actuelles », a résumé le ministre Christian Dubé.

Dans une réponse en anglais, le DArruda a affirmé qu’il sera cependant possible d’envisager « un meilleur Noël » que l’an dernier avec un nombre d’hospitalisations contrôlé et « un bon taux de vaccination » des enfants de moins de 12 ans.

La Santé publique n’a pas encore fixé de cible à atteindre pour ce groupe d’âge, mais a dit qu’elle pourrait « se satisfaire » d’une couverture vaccinale « légèrement plus basse » que ce qui a été enregistré dans d’autres tranches d’âge.

Branle-bas dans les écoles

Les directions d’école ont été mises au parfum mardi des visées du gouvernement au sujet de la vaccination des 5 à 11 ans. Le président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement (FQDE), Nicolas Prévost, relate que le souhait d’administrer une première dose d’ici Noël a été réitéré à plusieurs reprises lors de la rencontre avec le directeur de la campagne, Daniel Paré.

On nous a dit que ce ne sera pas un marathon, cette opération-là, que ça va être un sprint.

Nicolas Prévost, président de la Fédération québécoise des directions d’établissement d’enseignement

Les formulaires de consentement seront acheminés par Québec aux établissements d’enseignement dans les 24 heures suivant l’homologation du vaccin pédiatrique, a ajouté M. Prévost.

« C’est une opération ambitieuse, mais réaliste », a soutenu le président de la FQDE. Par ailleurs, Québec a promis d’offrir un modèle de vaccination hybride aux parents. Ceux qui le souhaitent pourront accompagner leur enfant dans une clinique de vaccinations tandis que la vaccination dans les écoles sera aussi possible.

Les plages de rendez-vous sur la plateforme Clic Santé sont d’ailleurs déjà réservées. Une campagne gouvernementale d’information sur la vaccination des enfants doit être déployée sous peu. Québec n’a pas encore en sa possession les doses de vaccin, mais Daniel Paré a assuré que quelque 652 000 doses ont été réservées pour la province.

Vaccination obligatoire : « Les chiffres n’ont pas bougé », déplore Dubé

Alors que la nouvelle date butoir pour la vaccination obligatoire approche, le ministre Christian Dubé a admis mardi que les « chiffres n’ont pas bougé » parmi les travailleurs de la santé non vaccinés. « On en avait un petit moins que 14 000 qui n’avaient pas reçu au moins une première dose […] et on est, trois semaines plus tard, à 12 000. Donc, je le dis que l’aiguille n’a pas suffisamment bougé », a-t-il dit, promettant de faire le point sur le sujet plus tard cette semaine. Il a affirmé toujours être à la recherche de « l’équilibre » entre la mesure obligatoire et « protéger le réseau et les Québécois ». Le premier ministre François Legault a émis la semaine dernière des réserves, indiquant « espérer être capable d’appliquer le décret » sur la vaccination obligatoire des travailleurs de la santé et des services sociaux le 15 novembre. Il n’avait pas non plus fermé la porte à un nouveau report ou à une imposition par secteur d’activité, comme les urgences.