La vaccination obligatoire pour voyager en avion ou en train à partir du Canada, qui entre en vigueur ce samedi 30 octobre, s’appliquera seulement à partir de douze ans et quatre mois – et non à douze ans comme l’avait d’abord annoncé Ottawa. Par ailleurs, les résidents étrangers non vaccinés qui veulent quitter le pays en avion bénéficieront d’une période de grâce de quatre mois.

Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

« Les exigences relatives à la vaccination s’appliqueront à tous les voyageurs âgés d’au moins douze ans et quatre mois », a précisé Transports Canada dans un communiqué vendredi.

L’obligation dès « 12 ans ou plus » annoncée antérieurement ne laissait pas le temps aux jeunes venant de fêter leur 12anniversaire de recevoir leurs doses et leur preuve vaccinale.

L’obligation vaccinale s’applique à compter du samedi 30 octobre à 3 h (heure avancée de l’Est).

« Nous savons combien les Canadiens aimeraient voyager à Noël ou durant l’hiver, alors nous aimerions être prêts pour ça d’ici là », a déclaré le ministre fédéral des Transports, Omar Alghabra, en point de presse à l’aéroport Toronto-Pearson vendredi.

Pour prendre un vol (intérieur, transfrontalier ou international) depuis un aéroport canadien, ou un train (VIA Rail ou Rocky Mountaineer), les voyageurs doivent désormais présenter la preuve qu’ils sont pleinement vaccinés.

Périodes de grâce

Une période de grâce est cependant en vigueur jusqu’au 29 novembre inclusivement, durant laquelle les voyageurs qui ne sont pas pleinement vaccinés pourront présenter une preuve de résultat de test négatif (dépistage moléculaire réalisé dans les 72 heures précédentes).

Cette période de grâce s’étend jusqu’au 28 février pour les ressortissants étrangers non vaccinés « qui résident normalement à l’extérieur du Canada », y sont entrés avant le 30 octobre et veulent prendre un vol pour quitter le pays. Dans ce cas, une preuve de résultat de test négatif sera acceptée, mais uniquement à cette fin : l’exemption ne s’applique pas aux voyages en avion ou en train à l’intérieur du pays ni aux courts séjours à l’étranger.

Rares exemptions

Les rares exemptions accordées pour des raisons médicales ou des motifs religieux feront l’objet de lignes directrices d’ici au 30 novembre, a souligné le ministre des Transports. Au sujet des exemptions pour motifs religieux, « on s’attend à ce que ce soit très limité, sinon aucune », indique-t-on à son cabinet.

Des mesures sont aussi prévues pour les personnes non vaccinées résidant dans des communautés éloignées où les voyages par avion ou par train « sont souvent le seul lien » avec le Sud.

Une quarantaine imposée par les autorités sanitaires, par exemple au Nunavut, sera considérée comme équivalente à un test négatif. Des tests de dépistage seront aussi offerts dans des aéroports d’accès et des aéroports du Sud pour pallier le manque de capacité des communautés éloignées.

Quant aux enfants plus jeunes, qui pourraient bientôt avoir accès à la vaccination à partir de 5 ans, le ministre Alghabra a indiqué : « Nous devons attendre de voir ce que dira Santé Canada. »