(Victoria) Les résidents de la Colombie-Britannique auront besoin d’un passeport vaccinal pour avoir accès aux restaurants, aux bars, aux évènements sportifs et à d’autres activités.

La Presse Canadienne

Le premier ministre de la province, John Horgan, a affirmé que ce passeport permettra aux gens d’assister à des évènements en toute confiance.

La médecin-hygiéniste en chef de la Colombie-Britannique, la Dre Bonnie Henry, a indiqué qu’à partir du 13 septembre, les personnes voulant accéder à certains évènements sociaux, récréatifs ou d’affaires devront prouver qu’elles ont reçu au moins une dose de vaccin.

Après le 24 octobre, les personnes admissibles devront prouver qu’elles ont été adéquatement vaccinées.

Selon la Dre Henry, ces nouvelles mesures contribueront à réduire la transmission du virus et permettront aux commerces de rester ouverts pour ceux qui sont vaccinés.

« Dans le dernier mois, jusqu’à la fin de la semaine dernière, les personnes qui ne sont pas adéquatement vaccinées représentent 90 % de nos cas et 93 % de nos hospitalisations », a-t-elle expliqué.

Les commerces devront exiger une preuve de vaccination jusqu’au mois de janvier, au minimum, mais cela pourrait changer selon le nombre de cas actifs. Les gens passent plus de temps à l’intérieur durant la saison des infections respiratoires, a justifié la Dre Henry.

Parmi les endroits où le passeport vaccinal sera exigé, on cite les évènements sportifs intérieurs, les salles de spectacle, les salles à manger de restaurant intérieures et extérieures, les boîtes de nuit et les centres d’entraînement.

Il sera aussi requis dans les évènements privés intérieurs, comme les mariages et les fêtes.

La Dre Henry a ajouté qu’il n’y aura aucune exception pour ceux qui ne sont pas vaccinés adéquatement puisque cette mesure est temporaire pour aider la province à traverser une période risquée, et que ces évènements ne sont pas essentiels.

« C’est très important pour nous de permettre que ces évènements non essentiels continuent de façon sécuritaire, pour la vaste majorité des gens, qui sont immunisés. »

Un processus sera établi pour les gens à l’extérieur de la province qui sont adéquatement vaccinés pour qu’ils aient accès aux mêmes services.

Selon M. Horgan, la Colombie-Britannique a travaillé avec le gouvernement fédéral et d’autres provinces pour s’assurer d’adopter des approches similaires. Il a aussi parlé avec le premier ministre François Legault des spécificités du passeport vaccinal québécois pour les gens partiellement et adéquatement vaccinés.

Il a ajouté qu’environ 75 % de la population admissible en Colombie-Britannique était adéquatement vaccinée, signifiant que la majorité des Britanno-Colombiens pouvait recevoir le passeport vaccinal.

« Et cette majorité veut être sûre que les gens avec qui ils interagissent se sont aussi protégés, ainsi que leurs proches et leur communauté », a-t-il résumé.

M. Horgan et la Dre Henry avaient tous deux indiqué que la preuve de vaccination n’allait pas être nécessaire en Colombie-Britannique, mais les cas quotidiens de COVID-19 de la province ont monté en flèche depuis le début du mois de juillet.