Québec « garde le cap » et ne dévie pas de sa feuille de route dans les cégeps et des universités cet automne : les étudiants pourront retourner sur les campus dès la prochaine rentrée scolaire. Même si l’objectif d’avoir vacciné 75 % des 16-29 ans n’est pas encore atteint, les taux de vaccination chez les étudiants sont « très encourageants ».

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

« La Santé publique nous confirme que les chiffres sont très bons pour les étudiants dans les cégeps et les universités. On dépasse largement les chiffres du groupe d’âge visé si on regarde seulement la classe étudiante », affirme le directeur de cabinet de la ministre de l’Enseignement supérieur, Nicolas Descroix.

Pour l’heure, 70,6 % des Québécois âgés de 16 à 29 ans ont en effet reçu une première dose jusqu’ici, et 38,9 % d’entre eux sont complètement vaccinés. Mais si on ne tient que compte des cégépiens et des universitaires, plus de 80 % d’entre eux ont reçu leur première injection et une majorité ont déjà reçu leur deuxième dose ou pris rendez-vous pour l’obtenir.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/5
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En mai dernier, la ministre Danielle McCann avait posé une condition au retour des élèves des cégeps et des étudiants des universités sur les campus, en affirmant qu’à l’automne, ceux-ci pourraient être en classe sans distanciation s’ils étaient complètement vaccinés dans une proportion de 75 %.

« Que ce soit dans les salles de classe ou dans les espaces communs, les étudiants pourront se retrouver à moins d’un mètre les uns des autres », avait-elle fièrement déclaré en point de presse, en soulignant toutefois que pour que le « plan fonctionne », les « conditions épidémiologiques » devraient elles aussi être « stables ».

Fin du masque obligatoire ?

En réponse aux questions sur les mesures qui seraient imposées, M. Descroix a laissé entendre mercredi que Québec était « encore en discussions avec la Santé publique », mais que le plan annoncé en mai « gard[ait] [le] cap ». La distanciation serait donc abandonnée, mais on ignore pour le moment si le masque, lui, devra encore être porté. Au printemps, la ministre avait indiqué qu’il était « trop tôt » pour se prononcer.

Dans son plan de déconfinement, Québec prévoit que le port du masque ne sera plus obligatoire dans la plupart des lieux publics à la fin août, si 75 % des 12 ans et plus ont reçu les deux doses du vaccin.

Les autorités n’excluent pas d’utiliser le retour en classes comme une manière de stimuler la vaccination. « Ça fait aussi partie de la réflexion. »

Plusieurs établissements comme l’Université Laval, l’Université de Sherbrooke et l’Université de Montréal ont déjà leurs cliniques de vaccination, donc on va pouvoir rattraper les retardataires. Mais l’objectif demeure que tout le monde se fasse vacciner avant la rentrée.

Nicolas Descroix, directeur du cabinet de la ministre Danielle McCann

Un bilan en hausse

Pendant ce temps, le Québec a continué à observer une hausse des nouveaux cas de COVID-19 mercredi, tandis que le variant Delta se fait davantage sentir, en particulier dans le Grand Montréal. Aucun nouveau décès n’est toutefois venu alourdir le bilan et le nombre des hospitalisations a continué à reculer. En fait, aucun décès ne s’est ajouté au bilan depuis la fin de semaine.

La province a rapporté mercredi 133 nouveaux cas, faisant passer la moyenne quotidienne calculée sur sept jours à 101. La tendance est ainsi à la hausse de 24 % depuis une semaine. Le Québec n’avait pas vu une moyenne sur sept jours des cas de COVID-19 au-dessus de 100 depuis un mois.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/3
  •  
  •  
  •  

Plus tôt, mercredi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a indiqué sur Twitter que « 56 % des nouveaux cas de COVID-19 [étaient] chez les jeunes de 20-39 ans ». « Les statistiques sont sans équivoque : il est incontournable d’avoir au moins 75 % de vaccination dans tous nos groupes d’âge. Parlez-en à vos proches. On a beaucoup de vaccins, c’est gratuit et rapide », a-t-il plaidé, en ajoutant « qu’il appartient à chaque Québécois d’aller chercher rapidement sa deuxième dose pour [diminuer] l’impact de la propagation du virus sur le réseau de la santé ».

Québec soupçonne que jusqu’au tiers des nouveaux cas de COVID-19 rapportés au Québec sont dus au variant Delta, qui a entraîné une flambée des cas un peu partout récemment dans le monde.

La hausse des cas observée au Québec se concentre actuellement dans le Grand Montréal, en particulier à Laval. Et c’est justement dans la région métropolitaine qu’ont été rapportés la majorité des 68 cas dus au variant Delta confirmés depuis une semaine. Le nombre de personnes hospitalisées en raison de la COVID-19 a diminué de 5. On en compte actuellement 61, dont 19 aux soins intensifs.

Au cours des quatre dernières semaines, 64 % des nouveaux cas concernaient des personnes qui n’avaient pas été vaccinées et 31 %, des gens qui avaient eu une seule dose. Ainsi, bien qu’ils représentent plus de la moitié de la population, les gens pleinement vaccinés n’ont enregistré que 5 % des nouveaux cas.

Jusqu’ici, 6,2 millions de Québécois ont reçu au moins une dose, soit 72,5 % des Québécois. De ce nombre, 4,6 millions en ont reçu deux, soit 54,2 % de la population. La proportion grimpe à 64,2 % si on tient uniquement compte des Québécois admissibles à la vaccination, ainsi que de ceux ayant eu une dose et ayant contracté la COVID-19.