(Ottawa) Le gouvernement fédéral s’attend à recevoir environ 7,1 millions de doses de vaccins contre la COVID-19 cette semaine, alors qu’il ajuste sa stratégie de distribution dans un contexte de baisse des taux de vaccination et d’un approvisionnement substantiel.

Maan Alhmidi La Presse Canadienne

Les nouvelles livraisons comprendront environ 3,1 millions de doses du vaccin Pfizer-BioNTech et quatre millions de doses de celui de Moderna.

« Au cours des prochaines semaines, nous franchirons le seuil symbolique de 66 millions de doses, signalant qu’il y a suffisamment de doses au Canada pour vacciner tous les Canadiens actuellement admissibles », a déclaré la brigadière-générale Krista Brodie jeudi lors d’une conférence de presse virtuelle depuis Ottawa.

Mme Brodie, qui supervise la distribution des vaccins contre la COVID-19 à travers le pays, a indiqué que le Canada s’oriente vers une approche « plus nuancée », car l’offre de doses est sur le point de dépasser la demande des provinces.

Plus de deux millions de doses de vaccin sont déjà suspendues parce que les provinces ont prévenu qu’elles ne pouvaient pas les utiliser immédiatement, a-t-elle précisé.

Cette décision marque un changement majeur par rapport à la stratégie initiale consistant à envoyer les doses dans tout le pays le plus rapidement possible après leur arrivée.

« Alors que nous passons d’un approvisionnement limité à un approvisionnement suffisant, nous mettons en œuvre une approche plus nuancée pour garantir que les vaccins sont gérés de manière à répondre au mieux aux besoins nationaux durables du Canada, ainsi qu’à optimiser les options pour soutenir les efforts de vaccination mondiaux », a déclaré Mme Brodie.

Les provinces peuvent obtenir davantage de doses de la quantité qui leur est réservée quand et si elles en ont besoin.

Le taux de vaccination au Canada demeure parmi les plus élevés au monde, mais le rythme de la vaccination commence à ralentir à mesure que le bassin de personnes en quête d’une première ou d’une deuxième dose diminue.

Vendredi, près de 79 % des Canadiens admissibles avaient reçu au moins une dose d’un vaccin et plus de 50 % étaient complètement vaccinés.

Le Canada a déjà annoncé son intention de faire don des 17,7 millions de doses restantes des livraisons attendues du vaccin Oxford-AstraZeneca à l’alliance mondiale de partage de vaccins COVAX.

Ces doses seront expédiées dans des pays en développement qui sont loin du niveau de vaccination dont bénéficie actuellement le Canada. En Afrique, environ 3 % de la population a maintenant reçu au moins une dose et 1,4 % sont complètement vaccinés.

Le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, directeur général de l’Organisation mondiale de la santé (OMS), a averti des pays comme le Canada, où les taux de vaccination sont élevés et le nombre de cas sous contrôle, de se rappeler que la pandémie n’est pas terminée.

Jeudi, l’OMS a signalé que le nombre de décès dus à la COVID-19 en Afrique avait bondi de 43 % au cours de la semaine dernière, alors que le variant Delta poursuivait sa propagation dévastatrice.

Plusieurs provinces ont indiqué jeudi qu’elles avaient dû détruire certaines doses du vaccin Oxford-AstraZeneca qui ont expiré le 1er juillet avant de pouvoir être utilisées. Santé Canada avait déjà prolongé d’un mois la date de péremption de ces doses.

Le ministère de la Santé de l’Ontario a indiqué jeudi que 3190 doses du vaccin d’AstraZeneca qui seraient détruites, l’Île-du-Prince-Édouard a affirmé qu’elle détruisait 3200 doses et le Nouveau-Brunswick 960.

La demande pour le vaccin d’AstraZeneca a chuté en mai après que le Comité consultatif national sur la vaccination a annoncé que les vaccins à ARNm de Pfizer et Moderna étaient préférables, car ils n’étaient pas associés à l’effet secondaire rare, mais grave, des caillots sanguins potentiellement liés au vaccin AstraZeneca.

Le Canada n’a pas encore dit si ou quand il fera don de doses de vaccins Pfizer ou de Moderna.

La ministre de l’Approvisionnement, Anita Anand, a déclaré que 95 millions de doses des deux vaccins seront livrées d’ici la fin septembre. C’est au moins 20 millions de doses de plus que ce que le Canada pourrait utiliser, même si 100 % des Canadiens choisissaient de se faire vacciner complètement.

La plupart des sondages révèlent qu’environ 80 % des Canadiens seront vaccinés. Actuellement, les vaccins ne sont pas autorisés pour les enfants de moins de 12 ans, bien qu’il soit possible que les essais de vaccins sur les jeunes enfants soient terminés d’ici la fin de l’été.

Le ministre des Affaires intergouvernementales, Dominic LeBlanc, a déclaré jeudi que le Canada conserverait suffisamment de doses afin de pouvoir vacciner les enfants lorsqu’ils deviendront admissibles. Il y a environ 4,8 millions d’enfants âgés de moins de 12 ans au Canada.

Cet article a été produit avec l’aide financière des Bourses Facebook et La Presse Canadienne pour les nouvelles.