Malgré une légère augmentation des nouveaux cas de COVID-19 mercredi, l’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) prévoit une diminution du taux d’occupation des lits d’hôpitaux par des personnes infectées par le virus, au cours des trois prochaines semaines.

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Moins de 10 % des lits réguliers attitrés aux patients atteints de la COVID-19 sont occupés dans l’ensemble du Québec, indique le rapport de l’INESSS publié mercredi. L’analyse disant que le nombre de nouvelles hospitalisations demeure « très faible » est basée sur des chiffres colligés jusqu’au 18 juin.

Aux soins intensifs, ce sont 15 % des lits désignés aux personnes atteintes du coronavirus qui sont remplis à Montréal et dans les régions à proximité. Dans le reste du Québec, ce chiffre s’élève à moins de 10 %.

En conséquence, l’INESSS prévoit « une diminution du taux d’occupation des lits réguliers et de soins intensifs pour les trois prochaines semaines », peut-on lire dans le document.

C’est la progression de la vaccination au Québec qui justifie ces projections, selon André Veillette, professeur en médecine et directeur de l’Unité de recherche en oncologie moléculaire à l’Institut de recherches cliniques de Montréal (IRCM), qui explique que les vaccins protègent contre les formes sévères de la maladie.

Même les gens infectés vont être de moins en moins malades.

André Veillette, professeur en médecine et directeur de l’Unité de recherche en oncologie moléculaire à l’IRCM

L’Institut anticipe que 37 hospitalisations supplémentaires surviendront au cours de la prochaine semaine. De ce nombre, 10 devront séjourner aux soins intensifs, prévoit-on.

L’Institut dresse un portrait positif du niveau de transmission du virus. Le nombre de nouveaux cas a d’ailleurs diminué de 23 % dans la semaine du 12 juin au 18 juin, en comparaison à la semaine précédente.

Malgré tout, André Veillette appelle à la prudence, à un moment où la Saint-Jean-Baptiste et les matchs du Canadien peuvent inciter des personnes à se rassembler.

À quelques jours du passage de tout le Québec en zone verte, le respect des mesures sanitaires et le succès de la campagne de vaccination seront déterminants pour empêcher une hausse des cas, selon le DNicholas Brousseau, médecin-conseil à l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ).

« Le test risque beaucoup d’être à l’automne, quand on va arriver à la fin août avec la rentrée des classes et le retour des activités », précise-t-il.

Plus de cas chez les jeunes

La majorité des nouveaux cas de COVID-19 rapportés depuis le 15 mai concernent des personnes de 18 à 39 ans. La tranche des 0 à 17 ans est la seconde où se trouvent le plus de cas.

« Les jeunes sont ensemble, ils sont en gang. Je pense qu’ils ont des comportements qui sont plus susceptibles de transmettre le virus ou le recevoir », a évoqué André Veillette. Le fait que cette tranche d’âge est moins vaccinée explique également la plus forte proportion de cas de COVID-19 au sein de cette partie de la population.

Ce sont les jeunes de 18 à 29 ans qui présentent le taux de vaccination le plus faible (65 % ont reçu une dose), en date de mercredi. En comparaison, c’est 79 % des personnes de plus de 12 ans qui ont reçu leur première injection.

« C’est critique de réussir à les rejoindre avec une première dose de vaccin, a affirmé le DBrousseau. Les jeunes sont un peu plus représentés qu’avant chez les personnes hospitalisées », prévient-il.

Légère hausse des cas

Il est à noter que le bilan de la COVID-19 au Québec était à la hausse mercredi. La Santé publique a rapporté 127 nouveaux cas de COVID-19, soit 43 de plus que la veille. Québec a également recensé trois décès supplémentaires.

André Veillette n’est toutefois pas inquiet de cette augmentation de cas.

Souvent, la fin de semaine, les gens ne vont pas se faire tester, surtout quand il fait très beau. J’ai l’impression qu’ils n’y sont pas allés samedi et dimanche, puis ils sont allés se faire tester lundi.

André Veillette, professeur en médecine et directeur de l’Unité de recherche en oncologie moléculaire à l’IRCM

Cependant, le nombre d’hospitalisations est demeuré stable, alors qu’on en compte actuellement 161. Le même scénario se produit du côté des soins intensifs, avec 40 patients qui s’y trouvent toujours.

La moyenne du nombre de cas quotidiens calculée sur sept jours se chiffre dorénavant à 121. En ce qui concerne les décès, une personne par jour meurt en moyenne des suites de la COVID-19 dans la province.

Des 127 nouveaux cas recensés mercredi, 37 ont été rapportés à Montréal. La Montérégie compte pour sa part 22 nouvelles personnes infectées, alors que 10 personnes ont été déclarées positives à la COVID-19 dans les Laurentides.

Les 18 ans et plus peuvent devancer leur deuxième dose

Le rythme de la campagne de vaccination ne faiblit pas, au moment où les 18 ans et plus peuvent devancer leur rendez-vous pour leur deuxième injection. La Santé publique rapporte 100 106 injections supplémentaires en date de mercredi.

Au total, 5 970 571 personnes ont reçu une première dose de vaccin dans la province, soit 79 % de la population, tandis que 22 % des Québécois ont reçu deux injections.

D’ailleurs, 518 000 doses de Moderna ont été livrées mardi, indique la Santé publique. Les livraisons de 546 990 doses de Pfizer-BioNTech et de 976 920 doses de Moderna sont aussi attendues cette semaine.

Consultez les mesures en vigueur dans votre région