Bien que le télétravail ne soit plus obligatoire au Québec depuis lundi, puisque toutes les régions sont passées aux paliers jaune et vert, le rappel des employés dans les bureaux doit se faire de façon très progressive, souligne la Santé publique.

Ariane Krol
Ariane Krol La Presse

Montréal passera probablement au palier vert en juillet, prévoit le Dr Geoffroy Denis, chef médical, secteur santé au travail, à la direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal. À ce palier, la Commission des normes, de l’équité, de la santé et de la sécurité au travail (CNESST) permet un retour progressif pour ceux qui sont télétravail.

« Le mot progressif est ici extrêmement important », a souligné le DDenis dans une présentation à l’Institut de développement urbain du Québec (IDU), mercredi matin. « On vous conseille de ne pas faire revenir tout le monde en même temps », a-t-il mentionné à plusieurs reprises.

Dans les régions actuellement au palier jaune, comme Montréal et Laval, le télétravail demeure recommandé même s’il n’est pas obligatoire.

L’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) a publié un document sur les mesures en vigueur aux paliers actuels.

Consultez le document de l'INSPQ

Toutefois, plusieurs inconnues demeurent concernant la rentrée de l’automne.

« Ne jetez pas vos boîtes de masques tout de suite ! », a lancé le DDenis.

L’évolution de la situation au Royaume-Uni et aux États-Unis, deux « laboratoires sociaux » du déconfinement en présence du variant delta, devrait éclairer le Québec et fournir certaines réponses avant la fin août, a-t-il précisé.

Les « trois R », soit les rassemblements rapprochés dans les espaces restreints, demeurent à éviter au bureau. Bien que le port du masque médical ne soit plus obligatoire quand une distance d’au moins deux mètres ou une barrière physique sont présentes, le DDenis conseille d’éviter les réunions à huit ou 10 dans une petite salle, même à deux mètres de distance. Il est également préférable de tenir les activités sociales à l’extérieur.

La capacité des ascenseurs demeure limitée à 50 % au palier jaune, mais au palier vert, cette limite sera très bientôt abolie, a annoncé le chef médical.

Le port du masque de qualité médicale demeure par ailleurs exigé dans l’ascenseur, comme dans toutes les situations où il n’est pas possible d’assurer la distanciation.

Si la marche ou le vélo ne sont pas possible pour se rendre au bureau, le transport en commun est préférable au covoiturage.

« On n’a eu très très peu d’évènements de transmissions dans les transports en commun jusqu’à présent », a indiqué le DDenis en rappelant qu’un habitacle de voiture est un espace « extrêmement restreint ».

Il recommande aussi aux employeurs de faire preuve de flexibilité dans les horaires afin de minimiser les « heures de pointe », non seulement dans le transport en commun, mais dans les ascenseurs, aires communes et cafétéria du bureau.