Québec dit travailler à corriger les problèmes de prise de rendez-vous sur la plateforme Clic Santé, qui empêchent des Québécois de devancer leur rendez-vous pour une deuxième dose. Les vaccins d’AstraZeneca ou de Moderna sont d’ailleurs de nouveau disponibles en deuxième dose, sur rendez-vous (pour les groupes d’âge y ayant droit).

Coralie Laplante
Coralie Laplante La Presse

Ainsi, toutes les personnes de 50 ans et plus peuvent dorénavant se rendre sur la plateforme Clic Santé afin de prendre rendez-vous pour recevoir une deuxième injection. Dès mercredi, ce sont les 45 ans et plus ayant reçu tous les types de vaccins qui pourront le faire.

Les personnes qui éprouvent des problèmes avec Clic Santé sont invitées à retourner fréquemment sur le site pour voir si des plages horaires sont disponibles, a indiqué en conférence de presse le directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec, Daniel Paré. La situation devrait être corrigée dans les prochains jours, assure-t-il.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le directeur de la campagne de vaccination contre la COVID-19 au Québec, Daniel Paré.

« Ce n’est pas à cause qu’on ouvre des pastilles [plages horaires] aujourd’hui pour un groupe d’âge que c’est fini. C’est le début, et ce service sera offert pendant tout l’été », a déclaré Daniel Paré.

Les personnes ayant reçu une première dose d’AstraZeneca qui souhaitent recevoir un autre type de vaccin pourront en faire la demande sur place. Ce sont notamment les surplus de Moderna qui permettent de proposer une alternative au vaccin AstraZeneca.

« Des vaccins on en a, c’est la chance qu’on n’avait pas il y a quelques mois », a indiqué le ministre de la Santé, Christian Dubé.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le ministre de la Santé, Christian Dubé.

Québec s’attend à recevoir 1,6 million de doses de Moderna au cours des deux prochaines semaines, soit 500 000 de plus que le nombre initialement prévu.

Le devancement des deuxièmes doses va bon train. Plus de 700 000 personnes ont devancé le moment de l’administration de leur seconde injection.

Des Québécois ont même déjà pu recevoir une deuxième dose de Moderna, car des pharmacies avaient quelques doses de ce vaccin.

Rappelons que des cliniques sans rendez-vous offrant des deuxièmes doses d’AstraZeneca ont également été ouvertes lors de la fin de semaine du 29 mai à Montréal.

Dès mercredi, un portail sera accessible afin de permettre aux vaccinés d’obtenir leur preuve vaccinale. Ceux qui éprouvent des difficultés en raison d’erreurs d’inscription de leurs informations personnelles dans le système informatique devront se présenter dans une clinique de vaccination pour les corriger.

« À ce moment-là, vous serez capable d’obtenir votre deuxième dose, à moins d’avis contraire », a précisé Christian Dubé.

Éviter la quatrième vague

Si la couverture vaccinale de l’ensemble de la population n’est pas suffisante, la possibilité d’une nouvelle vague n’est pas écartée par Québec.

« On est relativement épargnés, mais tout pourrait changer avec l’augmentation des contacts et la rentrée scolaire au mois d’août », a affirmé le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.

« Faites-vous vacciner deux doses. Une ce n’est pas assez, même si ça ne circule pas, ça pourrait revenir », a martelé le directeur de santé publique. L’observation des variants est d’ailleurs au cœur des préoccupations de Québec.

Malgré tout, un « palier bleu » est envisagé à l’automne.

« Il va y avoir certaines modifications aux paliers de couleur, particulièrement jaunes et verts, qui vont être annoncées, tout ça en prenant compte de l’épidémiologie », a déclaré Horacio Arruda, en parlant des niveaux d’alertes actuels des différentes régions.

Pour le ministre, la question d’une quatrième vague est hypothétique. Cependant, il invite les Québécois à se faire vacciner massivement dans le cas où elle se présente.

« Si tu as l’opportunité de prendre une assurance aujourd’hui pour quelque chose, et que cette assurance est gratuite, pourquoi refuser de prendre l’assurance ? », a illustré Christian Dubé.