(Montréal) La compagnie biopharmaceutique Moderna confirme lundi le dépôt d’une demande d’autorisation auprès de Santé Canada pour l’usage de son vaccin contre la COVID-19 chez les adolescents.

La Presse Canadienne

L’entreprise basée aux États-Unis avait fait part d’une telle intention lors de la dernière semaine de mai.

La demande est basée sur une étude menée chez les adolescents âgés de 12 à moins de 18 ans aux États-Unis.

Moderna a étudié plus de 3700 jeunes. Les résultats préliminaires ont montré que le vaccin provoquait les mêmes signes de protection immunitaire chez les enfants que chez les adultes, et le même type d’effets secondaires temporaires tels que des douleurs aux bras, des maux de tête et de la fatigue.

Il n’y a eu aucun diagnostic de COVID-19 chez les jeunes ayant reçu deux doses du vaccin de Moderna, comparativement à quatre cas chez les enfants ayant reçu des injections factices. La compagnie rapporte que le vaccin semblait efficace à 93 % deux semaines après la première dose.

Moderna a aussi soumis une demande d’autorisation de mise sur le marché conditionnelle en Europe et déposera une demande d’autorisation d’utilisation d’urgence auprès de la Food and Drugs Administration (FDA) américaine.

Le mois dernier, les États-Unis et le Canada ont autorisé l’usage du vaccin Pfizer-BioNTech pour les jeunes âgés de 12 ans et plus.

Pfizer et Moderna ont tous deux commencé à tester des enfants encore plus jeunes, de 6 mois à 11 ans. Ce test est plus complexe : les adolescents reçoivent la même dose que les adultes, mais les chercheurs testent des doses plus faibles chez les jeunes enfants.

Les experts espèrent voir des résultats à l’automne.