La mairesse de Montréal, Valérie Plante, a fait son mea-culpa samedi après avoir été photographiée assise à une table de terrasse avec quatre autres personnes vendredi soir, ce qui contrevient aux règles sanitaires en place en zone rouge.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Oui, c’est mon erreur. Je mangeais avec une amie, et le chef et deux membres de mon équipe sont venus s’asseoir avec nous quelques minutes. On aurait dû remettre nos masques », a indiqué l’élue municipale sur Twitter en début de journée, en référence à un article de Radio-Canada paru plus tôt à ce sujet.

C’est un résidant montréalais, Frederick Carle, qui a initialement publié un cliché de la mairesse avec les quatre autres personnes sur les réseaux sociaux. « Les règles de santé publique ne s’appliquent pas à la mairesse », a-t-il déploré, ce qui a immédiatement provoqué de nombreuses réactions.

Sur la photo prise par le résidant, on peut notamment apercevoir l’adjointe de la mairesse, Isabelle Proulx-Hétu, dont c’était l’anniversaire, ainsi que le chef du restaurant Le Pontiac, Danny St Pierre. L’attachée politique Maude Boutet se trouve aussi sur la photo, ainsi qu’une autre personne, en plus de Valérie Plante.

PHOTO TIRÉE DU COMPTE TWITTER DE FREDERICK CARLE

Valérie Plante sur la terrasse du restaurant Le Pontiac, vendredi

D’après les règles sanitaires mises en place dans la foulée du déconfinement, « un maximum de deux personnes par table » est autorisé sur une terrasse extérieure, avec ou sans masque. Les deux personnes peuvent provenir d’adresses différentes et peuvent être accompagnées de leurs enfants d’âge mineur. Les occupants d’une même résidence privée peuvent aussi être assis à la même table. La même règle s’applique en zone orange, que Montréal doit rejoindre le 7 juin.

« Pas à l’abri d’une erreur »

Sur Twitter, la mairesse de Montréal a également indiqué que la situation montrait « qu’on doit être vigilants et qu’on n’est pas à l’abri d’une erreur malgré nos bonnes intentions ». Plus tôt dans la soirée de vendredi, Mme Plante avait publié une photo de Mme Proulx-Hétu et d’elle-même sur Instagram.

En point de presse plus tard, en après-midi, la mairesse a précisé qu’il était « important » pour elle de s’excuser, mais aussi de rappeler l’importance de « suivre les règles ». « Ce qui est bon pour tout le monde, c’est bon aussi pour moi », a-t-elle indiqué. Selon Mme Plante, le moment où elle était avec quatre personnes autour de la table a été « somme toute assez court ». « On parle grosso modo d’une quinzaine de minutes, mais quand même, ça dérogeait à la règle », a-t-elle convenu.

L’élue a du même coup invité les Montréalais à ne pas baisser la garde quant au respect des règles sanitaires. « On fait des efforts depuis un an. Il faut continuer à le faire. Et comme je le disais, ça s’applique pour tout le monde, et ça m’inclut », a affirmé Mme Plante.

Des rassemblements importants ont aussi eu lieu dans certains parcs de la métropole au courant de la soirée de vendredi. Le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) ne rapporte toutefois « pas de gros débordements comme tel », mais ses agents ont dû disperser les foules dans le secteur du Vieux-Montréal ainsi qu’au parc Sir-Wilfrid-Laurier.

« Ça s’est bien passé. Il y avait une présence policière, et on a fait beaucoup d’interventions en sensibilisation quand on jugeait que c’était nécessaire », a indiqué l’agente Véronique Comtois. A priori, aucun constat n’a été remis et aucune arrestation n’a été effectuée en lien avec le non-respect des mesures sanitaires, dit le SPVM, qui prévient toutefois que ces chiffres sont un « bilan provisoire ».

Quoi qu’il en soit, la mairesse souhaite que ces grands rassemblements ne se reproduisent plus. « Les policiers doivent continuer à rappeler aux gens [que], s’il y a des rassemblements, c’est non », a-t-elle fait valoir. Mme Plante a aussi encouragé le public « à se ramasser », alors que de nombreux déchets jonchaient le sol de parcs au lendemain de cette première soirée marquant la levée du couvre-feu.

Avec La Presse Canadienne