Les deuxièmes doses sans rendez-vous d’AstraZeneca sont parties très vite, samedi, dans l’est de Montréal. Déjà en milieu d’après-midi, les 1700 doses de l’aréna Martin-Brodeur et du stade olympique avaient déjà toutes été données.

Henri Ouellette-Vézina
Henri Ouellette-Vézina La Presse

« Vraiment, la réponse a été très bonne. C’était plein de monde. On avait des files d’attente à partir de 5 h 30 au stade, et dès 6 h 30 à l’aréna Martin-Brodeur. L’engouement est évident, avec le beau temps », s’est réjoui le porte-parole du CIUSSS de l’Est de l’île de Montréal, Christian Merciari.

Au total, les 500 doses qui étaient disponibles sans rendez-vous avaient toutes déjà été données à l’aréna Martin-Brodeur, en fin d’avant-midi. Au stade olympique, les 1200 vaccins avaient aussi été tous vidés ou sur le point de l’être, aux alentours de 14 h.

Le CIUSSS confirme d’emblée que d’autres doses sans rendez-vous d’AstraZeneca seront disponibles au courant des prochains jours, et ce jusqu’à mardi. Au stade olympique, 1200 nouvelles doses seront disponibles dimanche, alors qu’à l’aréna Martin-Brodeur, on en prévoit 250.

Pour être admissible à cette campagne de vaccination sans rendez-vous, il faut avoir reçu une première dose d’AstraZeneca avant le 3 avril dernier, précise-t-on par ailleurs.

Il ne s’agit évidemment que de deuxièmes doses, Québec ayant choisi à la mi-mai d’interrompre l’administration du vaccin d’AstraZeneca comme première dose. Cette décision « s’appuie sur les recommandations du Comité d’immunisation du Québec (CIQ) », avait indiqué le ministère de la Santé (MSSS), en précisant que « la presque entièreté des doses disponibles au Québec a été écoulée au cours des dernières semaines » et que « l’administration de la première dose progresse rapidement chez les personnes âgées de 45 ans et plus, groupe d’âge chez qui le vaccin d’AstraZeneca est offert ».

Pour les autres vaccins, dont celui de Pfizer et de Moderna, les rendez-vous se poursuivent comme à l’habitude au courant du week-end, a indiqué M. Merciari.

Le Palais des congrès affecté

L’écoulement des doses au stade olympique pourrait d’ailleurs expliquer les nombreuses files d’attente qui ont été aperçues samedi au Palais des congrès, dans le centre-ville. « On a eu plus de gens en fin d’après-midi, et c’est probablement lié au fait qu’il n’y avait plus de vaccins au stade. Les gens ont peut-être décidé d’affluer vers le centre-ville », a soutenu une porte-parole du CIUSS Centre-Sud, Mélissa Léveillé.

Elle précise que davantage de files d’attente ont été ouvertes pour contenir l’afflux de personnes désirant se faire vacciner.

Le Palais des congrès dispose de 3000 doses d’AstraZeneca sans rendez-vous pour le week-end. « On vaccine vraiment jusqu’à écoulement des doses », a dit Mme Léveillé, en rappelant qu’il est également possible de recevoir Pfizer avec ou sans rendez-vous, pour la première dose.

Un report de 30 jours autorisé

Pendant ce temps, au niveau national, Santé Canada a annoncé samedi avoir approuvé le report de 30 jours de la date de péremption « de deux lots [MT0055 et MT0056] de vaccins d’AstraZeneca », soit du 31 mai 2021 au 1er juillet 2021. L’approbation, dit-on, « est fondée sur des données scientifiques probantes ».

« Ce changement permettra aux provinces et aux territoires d’utiliser leurs stocks existants et à la population canadienne d’avoir accès à des doses de ce vaccin indispensable », assure l’organisme fédéral.

Initialement, Santé Canada avait approuvé une durée de conservation de six mois pour le vaccin d’AstraZeneca. Mais le 27 mai dernier, l’agence dit avoir « reçu un document d’AstraZeneca comprenant des données sur la stabilité du produit et des données tirées de modèles mathématiques qui démontraient que la qualité, l’innocuité et l’efficacité de deux lots en question se maintiendraient pendant un mois supplémentaire, soit sept mois en tout ».