De lundi à vendredi, la santé publique a publié des bilans de moins de 3000 cas quotidiens de la COVID-19.

Émilie Pelletier, Initiative de journalisme local Le Droit

Vendredi, ce sont précisément 2362 infections, enregistrées la veille, qui ont été rapportées par les autorités sanitaires. Jeudi, le premier ministre Doug Ford a annoncé que l’ordre de rester à la maison, en place depuis le 8 avril, restera en vigueur en Ontario au moins jusqu’au 2 juin.

En tout, l’Ontario a comptabilisé plus de 500 000 cas de COVID-19 depuis janvier 2020.

La province a constaté 103 864 cas confirmés du variant B.1.1.7 (Royaume-Uni), 1746 cas confirmés du variant P.1 (Brésil) ainsi que 594 cas confirmés du variant B.1351 (Afrique du Sud).

Décès et hospitalisations

Jeudi, le coronavirus a emporté 26 Ontariens, portant le bilan provincial total des décès causés par la maladie contagieuse à 8431.

La même journée, 1582 personnes atteintes de la COVID-19 étaient à l’hôpital. Parmi ces patients, 777 aux prises avec des symptômes graves du virus étaient aux soins intensifs, dont 560 avaient besoin d’un respirateur artificiel pour rester en vie.

Au cours de la journée de jeudi, 44 000 tests de dépistage ont été effectués.

En Ontario, 6,7 millions de doses des vaccins contre la COVID-19 ont été administrées, dont près de 142 000, jeudi.

La province a la capacité de vacciner 150 000 personnes par jour.

Environ 57 % de la population totale (14 864 428 habitants) n’a encore reçu aucune dose.

Rappelons que cette semaine, le gouvernement ontarien a annoncé qu’il mettait une pause temporaire à l’administration des premières doses du vaccin d’AstraZeneca, en raison de craintes face aux thromboses liées à ce vaccin en particulier. Seules les personnes en attente d’une deuxième dose de ce vaccin pourront le recevoir. Des études menées au Royaume-Uni démontrent que les chances de contracter une thrombose en raison de l’administration de la deuxième dose du vaccin d’AstraZeneca sont d’une sur un million, a fait savoir le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams.

Le gouvernement juge avoir suffisamment de doses des vaccins Pfizer et Moderna pour que cette décision d’interrompre la distribution d’AstraZeneca n’affecte pas le déroulement de son plan de vaccination panprovincial.