(Québec) Le gouvernement Legault confirme qu’une première dose du vaccin Pfizer sera administrée aux adolescents de 12 à 17 ans avant la fin de l’année scolaire. Au sujet d’un éventuel passeport vaccinal, les Québécois pourront obtenir une preuve digitale de leur vaccination par courriel dès la semaine prochaine.

Fanny Lévesque
Fanny Lévesque La Presse

Les adolescents pourront obtenir une première dose du vaccin Pfizer d’ici la fin de l’année scolaire, a confirmé le ministre de la Santé, Christian Dubé. Le ministre a pris sa décision à la lumière des indications fournies à ce stade par la Santé publique qui lui a donné le feu vert. Le gouvernement Legault attend toujours l’avis du Comité sur l’immunisation du Québec (CIQ) pour l’éclairer sur l’utilisation du vaccin.

Cet avis est attendu pour la semaine prochaine. Le ministre Dubé doit d’ailleurs refaire le point sur l’opération avec le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, au cours des prochains jours. Québec espère vacciner le maximum d’adolescents directement à l’école, mais d’autres modalités seront prévus. Le directeur de la campagne de vaccination, Daniel Paré, a parlé « d’un modèle hybride ».

« C’est très une bonne nouvelle », s’est réjoui le ministre Dubé. « Les équipes sont déjà en préparation. Il y a aura une première dose avant la fin juin et une deuxième dose à la rentrée [en septembre] », a-t-il ajouté.

Santé Canada a donné le feu vert à l’administration du vaccin Pfizer pour les 12 à 15 ans, mercredi. Ce même vaccin est déjà autorisé pour les 16 à 17 ans. Le groupe des 12 à 17 ans représente quelque 516 000 personnes. « On vise les mêmes objectifs et même à les dépasser », a souligné M. Paré, évoquant la cible fixée par Québec de vacciner 75 % des Québécois adultes.

« C’est un groupe d’âge où le virus circule », a souligné le DHoracio Arruda. « C’est très encourageant », a-t-il ajouté faisant référence au fait que les adolescents seront complètement vaccinés tôt en début d’année scolaire prochaine. On sait que les écoles ont été la cible de nombreuses éclosions l’année dernière, provoquant la fermeture de classes, et même d’écoles.

Un adolescent de 14 ans peut consentir à recevoir un vaccin. Le processus pour obtenir un consentement parental sera le même que lors de la vaccination en milieu scolaire.

Québec a suffisamment de doses pour vacciner ce nouveau groupe sans qu’il y ait d’impact sur la cible du 24 juin. La province doit avoir reçu 7,7 millions de doses d’ici la fête nationale.

Québec accélère la cadence de vaccination. Depuis que la vaccination à la population est ouverte, 1,2 million de rendez-vous ont été pris et plus de 400 000 doses ont été administrées. « Je m’avance déjà sur le fait qu’on va avoir une bonne journée de vaccination aujourd’hui, peut-être même un record », a précisé M. Dubé. La province pourrait même dépasser ses cibles du 24 juin, a-t-il ajouté.

La semaine prochaine, ce sera autour du groupe des 18 à 24 ans de prendre un rendez-vous. « On l’appelle la semaine des jeunes », a dit M. Dubé. « On est conscients que les plus jeunes attendent depuis très, très longtemps pour se faire vacciner, mais je suis confiant qu’ils vont nous surprendre positivement avec de très, très bons taux de vaccination, puis on pourra vous en informer dans les prochains jours », a-t-il estimé.

Le ministre Dubé a aussi confirmé qu’il y aura des camps de jour cet été. « On a obtenu cette clarification-là au cours des dernières heures », a précisé le ministre. Les moniteurs peuvent se faire vacciner dès maintenant. On les ajoute dans la catégorie de travailleurs essentiels.

Preuve vaccinale numérique

Au sujet du passeport vaccinal, le ministre Dubé confirme que dès la semaine prochaine, les Québécois qui le souhaitent obtiendront une preuve digitale de leur vaccination. À compter du 13 mai, les personnes déjà vaccinées recevront un courriel pour l’offrir. Il s’agira d’un code QR. La Santé publique doit fournir un avis « le plus rapidement possible » quant à une éventuelle utilisation.

Une preuve papier continuera d’être donnée après la vaccination. « L’outil sera prêt et dès qu’on sera prêt à le déployer, on l’aura sous la main », a précisé M. Dubé. Le code sera mis à jour lors de la deuxième dose.

Le DArruda a dit travailler « en accéléré » pour fournir des conclusions au gouvernement. Il n’est pas question encore de s’aventurer sur une éventuelle utilisation pour accéder à des services au Québec. Ce code QR pourrait servir à voyager à l’étranger. Ottawa s’est déjà dit en faveur d’un passeport vaccinal pour voyager.