(Québec) La fatigue se fait sentir au Québec après plus de trois mois de couvre-feu.

Caroline Plante
La Presse Canadienne

Pour la deuxième semaine d’affilée la semaine dernière, les policiers ont remis plus de 1200 constats d’infraction pour non-respect du couvre-feu.

Entre les 5 et 11 avril, les corps policiers du Québec ont distribué 1252 constats d’infraction, selon les données publiées lundi par le ministère de la Sécurité publique.

La Sûreté du Québec (SQ) a émis 316 constats d’infraction pour non-respect du couvre-feu, dont 18 sur le réseau autoroutier du Grand Montréal.

Pour la même période, le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) rapporte avoir donné 538 contraventions, une augmentation par rapport à la semaine précédente.

Entre les 29 mars et 4 avril, à l’aube du congé de Pâques, la présence policière avait été accrue un peu partout au Québec.

Les policiers avaient remis au total 1374 constats d’infraction à ceux qui ne respectaient pas le couvre-feu, contre 917 pour la semaine précédente.

Il s’agit d’une forte augmentation, puisque durant les premières semaines du couvre-feu, cet hiver, le nombre de contraventions se maintenait à environ 1000 par semaine.

Le couvre-feu est en vigueur de 20 h à 5 h dans plusieurs zones rouges comme Montréal, Québec et Laval, et de 21 h 30 à 5 h dans les zones orange.

Il n’y a pas de couvre-feu en zone jaune, c’est-à-dire sur la Côte-Nord, au Nord-du-Québec ainsi qu’en Gaspésie et aux Îles-de-la-Madeleine.

« Les analyses récentes des mouvements de population sur Google démontrent clairement que les couvre-feux ont comme effet de diminuer les déplacements et par conséquence les contacts », a pour sa part gazouillé lundi le ministre de la Santé, Christian Dubé.

« Avec les variants, il faut continuer les efforts pendant qu’on vaccine. »

Le Québec est la seule province au Canada qui impose un couvre-feu à sa population.