C’est l’heure du reconfinement en Ontario. Le gouvernement de Doug Ford a annoncé mercredi qu’une « ordonnance de rester à la maison » sera de nouveau en vigueur pendant quatre semaines, afin de lutter contre la hausse jugée « alarmante » des nouveaux cas de COVID-19 et la propagation importante des variants.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« Pour le résumer aussi simplement que possible, les amis, s’il vous plaît, sauf si c’est pour une raison essentielle, veuillez rester à la maison. La situation est extrêmement grave. Il faut limiter la mobilité des personnes », a imploré le premier ministre Ford, lors d’une mêlée de presse.

Si ce n’est que de « quelques exceptions », l’ordonnance « sera similaire à ce que nous avons vécu plus tôt cette année », a indiqué l’élu. C’est en effet la deuxième fois en quelques mois que les Ontariens sont invités à rester à la maison ; en décembre dernier, un ordre similaire avait été édicté, sauf pour les sorties essentielles.

Officiellement, cette fois, l’ordonnance entrera en vigueur à minuit ce jeudi, pour une durée de quatre semaines. M. Ford a précisé que son gouvernement déclarera son troisième état d’urgence sanitaire depuis le début de la crise, afin d’être en mesure de décréter ces nouvelles mesures.

Les commerces qui offrent des produits essentiels resteront ouverts, mais seulement pour vendre des articles d’épicerie et de pharmacie. Ces nouvelles mesures étaient devenues « nécessaires » pour lutter contre la troisième vague de la pandémie, qui menace de submerger le système de santé, a aussi martelé le premier ministre ontarien.

La barre des 3200 cas atteinte

Ces nouvelles mesures sont tombées alors que l’Ontario a surpassé la barre des 3200 nouveaux cas de COVID-19 mercredi, un sommet en tout près de trois mois. En plus des 3215 cas enregistrés, les autorités de santé publique ont rapporté 17 décès supplémentaires.

Plus du tiers de ces cas, soit 1095 d’entre eux, sont survenus dans la région de Toronto, où toutes les écoles publiques ont été fermées mercredi. Dans le réseau de la santé, le nombre d’hospitalisations a augmenté de 236, portant le total à 1397. De ce nombre, 504 patients se trouvent toujours aux soins intensifs.

La semaine dernière, le gouvernement Ford avait déjà commencé à imposer de nouvelles restrictions, interdisant notamment les repas au restaurant en salle ou en terrasse, qui avaient repris depuis peu. Il a aussi réduit la capacité d’accueil des commerces ainsi que la taille des rassemblements intérieurs et extérieurs.

En réaction à la forte hausse des cas, l’Ontario prévoit d’ailleurs commencer à vacciner les personnes âgées de 18 ans et plus dans les « zones chaudes », y compris les enseignants et les travailleurs essentiels. Le gouvernement indique que des équipes mobiles livreront des vaccins dans des immeubles résidentiels, des lieux de culte et chez de grands employeurs dans les zones durement touchées par la pandémie.

En règle générale, les régions seront sélectionnées en fonction des schémas de transmission, de maladies graves et de mortalité due à la COVID-19. Les travailleurs du secteur de l’éducation dans les quartiers sensibles de Toronto et de la région de Peel seront admissibles aux vaccins à compter de la semaine prochaine, avec des plans d’expansion dans d’autres régions durement touchées lorsque l’offre le permettra.

Le personnel qui travaille directement avec les élèves qui ont des besoins spéciaux dans toute la province sera également admissible à partir de la semaine prochaine. Enfin, les cliniques situées dans les zones à haut risque accepteront dès vendredi les réservations de personnes âgées de 50 ans et plus.

Avec La Presse Canadienne