(Montréal) La grande majorité des hospitalisations anticipées dues à la COVID-19 seront concentrées à Montréal et dans les régions avoisinantes pour les prochaines semaines, projette l’INESSS.

Stéphanie Marin
La Presse Canadienne

L’Institut national d’excellence en santé et en services sociaux (INESSS) estime ainsi que 86 % des nouvelles personnes devant être hospitalisées le seront à Montréal, Laval, Montérégie, Lanaudière et Laurentides comme — comme c’était le cas lors des dernières projections.

Il n’y prévoit toutefois pas de dépassement des capacités hospitalières au cours des trois prochaines semaines.

Présentement, le tiers des lits de soins réguliers et la moitié des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont occupés dans ces régions.

L’INESSS a rendu publiques jeudi ses plus récentes projections, qui avaient toutefois été déjà consultées par le premier ministre François Legault et son équipe avant qu’ils ne procèdent aux allégements sanitaires annoncés mercredi. En vertu de ces changements, quatre autres régions passeront de la zone rouge à orange lundi — ces dernières ne sont pas celles où l’INESSS anticipe la majeure partie des hospitalisations.

Il est précisé que les projections prennent en considération les effets anticipés de l’assouplissement des mesures annoncées avant la relâche scolaire, ainsi que les effets des programmes de vaccination.

Alors que les hospitalisations diminuaient depuis janvier dans l’ensemble du Québec, l’INESSS a constaté qu’elles se sont « stabilisées » depuis, plutôt que de poursuivre leur descente. « Cette stabilisation est observée dans la plupart des groupes d’âge » et devrait se poursuivre pour trois ou quatre semaines.

« C’est une tendance fragile qui pourrait être influencée par une augmentation des variants et par l’adhésion aux mesures sanitaires », a d’ailleurs souligné jeudi dans un message sur Twitter le ministre de la Santé, Christian Dubé, qui commentait ces récentes projections.

Ailleurs au Québec, un dépassement des capacités hospitalières au cours des trois prochaines semaines est qualifié d’« improbable ». Seulement 14 % des lits réguliers et 8 % des lits de soins intensifs désignés pour les patients COVID-19 sont présentement occupés.

Au-delà de la disponibilité des lits, d’autres facteurs influencent toutefois la capacité hospitalière, comme la disponibilité du personnel.