Le nombre de décès attribués à la COVID-19 semble avoir atteint un plateau dans la province. Le Québec est toutefois la province canadienne qui a recensé le plus haut taux de surmortalité en 2020, selon les données de Statistique Canada publiées lundi.

Mis à jour le 8 févr. 2021
Alice Girard-Bossé
Alice Girard-Bossé La Presse
Pierre-André Normandin
Pierre-André Normandin La Presse

Statistique Canada a diffusé lundi des données sur la surmortalité qui semblent confirmer que le Québec a été plus durement frappé par la COVID-19 en 2020. L’agence note que le Canada a enregistré dans les 10 premiers mois de l’année 12 067 morts de plus que le prévoyaient les projections, soit une hausse de 4,9 %. Parmi les provinces canadiennes, c’est au Québec que la surmortalité a été la plus élevée durant cette période, avec un écart de 7,5 %.

Selon Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal (UQAM), les causes de ces résultats sont multiples.

Le Québec a été solidement touché par un très haut nombre de cas d’infection dès le début de la pandémie à cause de notre semaine de relâche précoce comparativement à celle des autres provinces.

Benoît Barbeau, professeur au département des sciences biologiques de l’Université du Québec à Montréal

Ces résultats peuvent aussi s’expliquer par la forte proportion d’aînés dans les résidences, renchérit Marie-France Raynault, experte en médecine sociale et préventive à l’École de santé publique de l’Université de Montréal. « Au Québec, il semblerait que nos personnes âgées vont plus en institution ou en résidence de personnes âgées que dans les autres provinces. C’est aussi le cas par rapport aux pays européens. On met moins d’argent dans les soins à domicile », soutient-elle. M. Barbeau ajoute que la gestion de la crise dans les CHSLD n’a pas été bien adaptée et qu’elle a grandement contribué à cette surmortalité.

Stabilisation du nombre de cas

La publication de ce rapport survient alors que la province a déploré 15 morts supplémentaires en raison de la COVID-19. C’est le bilan le plus faible depuis la fin du mois de novembre. Calculée sur une semaine, la moyenne des décès est désormais de 31 par jour. En deux semaines à peine, le nombre de décès enregistrés quotidiennement a chuté de moitié.

Le nombre de cas rapportés quotidiennement semble toutefois se stabiliser, mettant fin à la forte tendance à la baisse observée depuis le début de l’année.

Des 15 décès supplémentaires, 6 sont survenus en Montérégie, 5 à Montréal et 2 dans Chaudière-Appalaches. Les régions de la Capitale-Nationale et de la Mauricie–Centre-du-Québec rapportent chacune un décès.

Le Québec a rapporté 853 nouveaux cas de COVID-19. Calculée sur une semaine, la moyenne quotidienne des cas demeure inchangée, à 1062 par jour. On observe depuis quelques jours une stabilisation dans le nombre de cas, la forte tendance à la baisse observée depuis le début de 2021 semblant freinée.

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

  • INFOGRAPHIE LA PRESSE

1/4
  •  
  •  
  •  
  •  

À noter, ce bilan de 853 nouveaux cas survient alors que le nombre de tests réalisés est relativement bas. Le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) rapporte que 22 502 prélèvements ont été effectués samedi.

Par ailleurs, on note une légère hausse des hospitalisations. Le MSSS indique que 969 personnes se trouvent présentement à l’hôpital en raison de la COVID-19, soit 6 de plus que la veille. Du nombre, 160 sont aux soins intensifs, soit 2 de plus. La tendance demeure toutefois à la baisse avec 15 % moins d’hospitalisations qu’il y a une semaine.

Cette baisse du nombre d’hospitalisations est certes encourageante et sera favorable au problème actuel du délai des interventions médicales causé par les patients hospitalisés souffrant de la COVID-19, soutient M. Barbeau.

Au CHUM, par exemple, on commence à réadmettre des patients en gynécologie. Il faut que le nombre d’hospitalisations descende encore, mais on devrait y arriver probablement d’ici deux semaines.

Marie-France Raynault, experte en médecine sociale et préventive à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

Enfin, la vaccination continue à progresser lentement. Le Québec rapporte que 1529 doses ont été administrées dimanche. Ainsi, 259 188 personnes ont reçu une première dose de vaccin, soit 2,9 % de la population. Les livraisons étant toujours ralenties, la province dispose actuellement d’un peu plus de 35 000 doses.

Les jeunes demeurent l’exception

Pour la deuxième semaine de suite, le nombre de cas a augmenté chez les 10 ans et moins. La hausse est toutefois relativement faible, à 1,9 %. Fait particulier, les 20-29 ans continuent à voir leur nombre de cas reculer rapidement. Les cas continuent à diminuer rapidement chez les 70 ans et plus, affichant à nouveau une baisse de plus de 30 % en une semaine.

« On peut expliquer la diminution générale des cas notamment par le couvre-feu, qui touche plus les personnes qui ont l’habitude de faire des partys, ce qui n’est pas le cas chez les enfants », explique Mme Raynault.

M. Barbeau a aussi tenu à rappeler que les variants touchent peut-être plus les jeunes. « La surveillance est de mise, et les efforts déployés par le gouvernement en termes d’une hausse du séquençage des échantillons et un criblage plus pointu pour la présence des variants est une très bonne stratégie », explique-t-il.

La COVID-19 en graphiques

Suivez la progression de la pandémie en temps réel dans notre page de graphiques interactifs.