Le nombre des cas, celui des hospitalisations et celui des décès continueront de diminuer si l’adhésion de la population aux mesures du 8 février est forte, selon les nouvelles projections de l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) et de l’Université Laval rendues publiques jeudi.

Alice Girard-Bossé Alice Girard-Bossé
La Presse

Depuis la mise en vigueur de mesures sanitaires plus strictes au début du mois de janvier, le nombre des nouveaux cas, des hospitalisations et des décès a nettement diminué, ce qui tend à montrer une forte adhésion de la population aux mesures.

« Si on continue à avoir une forte adhésion, la situation devrait continuer à s’améliorer, malgré l’assouplissement des mesures le 8 février », indique Benoît Mâsse, professeur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal et collaborateur aux modélisations.

Le premier ministre François Legault a annoncé mardi un assouplissement des mesures qui permettra aux commerces non essentiels et aux musées de rouvrir leurs portes le 8 février. Dans six régions plus éloignées, les restaurants, les salles de sport (gyms) et les cinémas pourront également recevoir des clients.

Les trois scénarios

De nouvelles projections faites par des experts de l’INSPQ et de l’Université Laval ont estimé l’impact de ces assouplissements en fonction de trois scénarios.

Si l’adhésion de la population aux mesures du 8 février est forte, autrement dit, si les gens ne reçoivent aucune visite à domicile et limitent leurs contacts dans les lieux publics, alors le nombre des nouveaux cas, celui des hospitalisations et celui des décès devraient continuer de diminuer dans l’ensemble du Québec, indique Marc Brisson, du Groupe de recherche en modélisation mathématique des maladies infectieuses au Centre de recherche du CHU de Québec et collaborateur à l’Institut national de santé publique du Québec.

Si la population adhère moins strictement aux mesures, en augmentant de façon modérée les visites à domicile et les contacts dans les lieux publics, la situation devrait demeurer stable dans le Grand Montréal, mais continuerait à s’améliorer dans les autres régions. « Avec l’adhésion moyenne, dans le Grand Montréal, on revient à un niveau d’hospitalisations qui est sensiblement le même qu’à l’automne quand on avait atteint un plateau », illustre M. Mâsse.

Dans le cas d’une adhésion faible aux mesures, soit une hausse marquée des visites à domicile et des contacts dans les lieux publics, le modèle prédit une nette augmentation du nombre de cas et des hospitalisations dans le Grand Montréal et les autres régions. « Avec une faible adhésion, c’est plus frappant, parce qu’il y a une reprise des infections et des hospitalisations », indique M. Mâsse.

Il s’attend à observer un léger relâchement de l’adhésion aux mesures sanitaires dans les prochaines semaines. « Il y a toujours un essoufflement dans la population, parce que ça fait longtemps qu’on est confiné », indique-t-il. Il estime que le scénario le plus probable se situera donc entre l’adhésion forte et l’adhésion moyenne.

Ces modélisations ne tiennent pas compte de la présence d’un nouveau variant plus transmissible, rappelle M. Brisson. La réduction des contacts et le dépistage demeurent donc les stratégies à privilégier pour contenir l’épidémie dans l’attente d’une couverture vaccinale élevée dans la population générale.

Le bilan reste stable

Le bilan de la pandémie reste stable au Québec alors que les autorités rapportaient jeudi 1093 nouveaux cas de COVID-19 et 42 nouveaux décès attribués au virus. Le nombre d’hospitalisations a également chuté de 36, pour repasser sous la barre des 1100. On compte actuellement 1070 patients hospitalisés dans la province, dont 175 se trouvent toujours aux soins intensifs, soit une baisse de deux cas par rapport à la veille.

« On doit continuer tous nos efforts pour limiter la propagation du virus et pouvoir graduellement augmenter notre niveau de chirurgies dans nos hôpitaux », a indiqué le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

En ce qui concerne les vaccins, 2300 doses ont été administrées dans la journée de mercredi, pour un total de 243 955 personnes vaccinées. La province dispose d’environ 12 670 doses en réserve à l’heure actuelle, après avoir reçu des livraisons supplémentaires au cours de la semaine.

— Avec Henri Ouellette-Vézina et Pierre-André Normandin, La Presse

La pandémie en graphiques

Consultez tous nos graphiques interactifs à propos de la COVID-19.