(Ottawa) Ottawa annonce que ses frontières internationales resteront fermées jusqu’au 21 février, en raison de la pandémie.

Lina Dib
La Presse Canadienne

C’était déjà le cas pour la frontière terrestre canado-américaine.

Ces fermetures sont reconduites de mois en mois depuis le printemps dernier.

Mercredi après-midi, le ministre fédéral de la Sécurité publique, Bill Blair, a annoncé sur son compte Twitter que les restrictions sur les voyages internationaux vers le Canada en provenance de pays autres que le voisin américain continueront à s’appliquer pour un mois supplémentaire.

Ces restrictions empêchent l’entrée de citoyens étrangers au pays, sauf pour un voyage jugé essentiel. Les Canadiens, eux, peuvent toujours rentrer quelle que soit la raison de leur voyage.

Tout voyageur doit cependant respecter une quarantaine de 14 jours à son arrivée en sol canadien. Il doit aussi présenter un test négatif de dépistage de la COVID-19, test effectué dans les 72 heures avant d’embarquer dans un vol en direction du Canada.

Selon le ministre Blair, il s’agit là de « certaines des restrictions de voyage les plus strictes au monde ».

Ces mesures sont pourtant jugées insuffisantes par François Legault. Mardi, le premier ministre du Québec a réclamé que le gouvernement fédéral interdise tout voyage à l’étranger.

M. Legault voit s’approcher, avec inquiétude, le congé scolaire. Il craint la multiplication de voyages vers des destinations soleil.

Justin Trudeau, lui, a prévenu mardi qu’il pourrait imposer de nouvelles mesures aux voyageurs, sans préavis. Il n’a cependant pas précisé à quelles nouvelles restrictions il songeait.