(Ottawa) Le premier ministre Justin Trudeau a assuré mardi que les personnes qui voyagent pour des raisons non essentielles n’auront pas droit à la prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) de 1000 $.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Mon message à ceux qui sont allés dans le Sud est clair : vous n’aurez pas droit à cette prestation. Elle n’est pas prévue pour vous », a-t-il tranché lors de sa première conférence de presse de l’année 2021, au pas de sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa.

Car « l’objectif n’a jamais été d’envoyer un chèque à ceux qui décident de partir en voyage, à l’encontre des avis de la santé publique », a poursuivi le premier ministre, disant partager la colère et l’« indignation » de ceux qui ont été choqués de voir les reportages des derniers jours montrant des Canadiens partir au soleil.

« Personne n’aurait pu s’imaginer » que des gens profiteraient d’une échappatoire au projet de loi C-4 qui a été adopté à l’unanimité en septembre dernier pour payer leur quarantaine, un geste « inacceptable », a-t-il martelé à son lutrin.

Le premier ministre n’a pas précisé par quel mécanisme le tir serait corrigé, mais il s’est engagé à ce que cela soit fait « rapidement ». Et dans l’intervalle, le gouvernement « continue de marteler » ce qu’il dit aux Canadiens depuis le mois de mars, soit d’éviter tout voyage non essentiel, a-t-il souligné.

« Les sacrifices que nous avons faits pendant les vacances des Fêtes — et pendant les 10 derniers mois — ne doivent pas être gâchés », a ajouté Justin Trudeau. Il s’est du même souffle dit « déçu » de la décision de deux députés de son caucus de voyager pendant la pause hivernale.

Le premier ministre a débuté l’année 2021 avec cette mise au point après que La Presse a rapporté que les Canadiens qui voyagent pour des motifs non essentiels étaient admissibles à ce chèque imposable pouvant atteindre 1000 $ — soit 500 $ par semaine pendant les deux semaines de quarantaine obligatoire.

Pour être admissible à la PCMRE, une personne ne doit pas bénéficier de congés payés de l’employeur, ne pas toucher d’autres prestations fédérales au même moment, et avoir gagné au moins 5000 $ en 2019, en 2020 ou dans les 12 derniers mois, entre autres critères.

Entre la date de son entrée en vigueur, le 27 septembre 2020, et le 2 janvier 2021, la prestation a été versée à environ 298 000 Canadiens, pour un coût total de quelque 254 millions de dollars. À titre comparatif, la facture pour la PCU a atteint près de 82 milliards de dollars.

PHOTO OLIVIER JEAN, LA PRESSE

La Presse avait rapporté que les Canadiens qui voyagent pour des motifs non essentiels étaient admissibles à la prestation canadienne de maladie pour la relance économique (PCMRE) de 1000 $.

La ministre de l’Emploi et du Développement de la main-d’œuvre, Carla Qualtrough, tente actuellement de trouver un moyen de mettre en œuvre la volonté communiquée par le premier ministre de colmater cette brèche.

C’est que cette histoire a fait grand bruit alors que la population confinée voyait des compatriotes s’envoler vers des destinations soleil pendant le temps des Fêtes, en dépit du fait que le gouvernement déconseille les voyages d’agrément.

Sous pression, le gouvernement Trudeau avait notamment resserré la vis en annonçant que les voyageurs devraient produire un résultat de test négatif remontant à un maximum de trois jours. La mesure entre en vigueur le 7 janvier.

Il est toutefois hors de question d’interdire aux Canadiens de sortir du pays, a réitéré mardi le ministre des Affaires intergouvernementales Dominic LeBlanc, arguant que le Canada ne veut pas se retrouver dans le groupe des pays qui imposent des visas de sortie à leurs citoyens.

Vaccination : une certaine « frustration »

Le premier ministre a par ailleurs exprimé son « impatience » face au rythme de la campagne de vaccination contre la COVID-19 qui s’est mise en branle en décembre. Il a partagé sa « frustration » par rapport au fait que certaines doses soient bloquées dans des congélateurs plutôt que d’être « dans les bras des gens ».

L’objectif de faire vacciner l’ensemble de la population du Canada d’ici septembre prochain reste toutefois atteignable, estime Justin Trudeau, qui compte discuter de l’enjeu de la vaccination avec ses homologues des provinces et des territoires lors de leur conférence téléphonique prévue jeudi.

« C’est le temps d’accélérer [la cadence] », a-t-il laissé tomber.

Peu après, lors d’une conférence de presse distincte, le major général Dany Fortin a confirmé que toutes les doses des vaccins de Pfizer-BioNTech et de Moderna reçues en décembre, soit 424 000, avaient été livrées dans les sites prévus à cet effet.

PHOTO DAVID KAWAI, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Le major général Dany Fortin

Il a soutenu que le rythme de l’opération vaccination allait augmenter considérablement au mois de janvier, alors que plus de 1,2 million de doses de ces deux vaccins qui ont jusqu’à présent été approuvés par Santé Canada sont attendues.

Le fédéral est responsable de l’approvisionnement en vaccins et de leur approbation réglementaire. Les provinces et les territoires ont la responsabilité de préparer leurs systèmes de santé et leurs fournisseurs de soins de santé à allouer, livrer, entreposer, distribuer, administrer, surveiller et assurer le suivi des vaccins.