(Ottawa) Les Forces armées canadiennes font état d’une augmentation spectaculaire du nombre de militaires qui ont contracté la COVID-19 alors qu’ils donnaient un coup de main dans des établissements de soins de longue durée au Québec et en Ontario.

Lee Berthiaume
La Presse canadienne

L’armée a indiqué jeudi que 28 militaires déployés dans ces établissements avaient été déclarés positifs pour la maladie respiratoire — 16 au Québec et 12 en Ontario. La semaine dernière, on en comptait cinq.

Les responsables militaires avaient précédemment indiqué qu’ils ne fourniraient des chiffres actualisés que toutes les deux semaines. Les Forces armées annoncent maintenant qu’elles publieront une mise à jour quotidienne, suggérant qu’elles s’attendent à davantage de cas alors que les militaires continuent de travailler dans des foyers de soins de longue durée dans ces deux provinces.

Près de 1700 militaires ont été déployés dans une trentaine de foyers de soins de longue durée, dont cinq en Ontario, où le personnel régulier ne suffisait plus à la tâche. Ces militaires offrent une assistance médicale, mais assurent également des rôles de soutien, notamment pour l’entretien, l’alimentation et l’aide aux besoins essentiels des résidents.

Vingt-cinq de ces maisons se trouvent au Québec, qui a été particulièrement touché par les éclosions de COVID-19 dans les CHSLD, essentiellement dans la grande région de Montréal.

Les Forces armées assurent que tous les militaires déployés dans ces établissements disposent d’un équipement de protection individuelle et ont reçu une formation sur la façon de l’utiliser. Ces militaires sont aussi logés dans des hôtels, afin de protéger les autres membres des Forces armées.

Le premier ministre Justin Trudeau déclarait la semaine dernière que les militaires étaient conscients des risques d’infection avant d’entrer dans ces CHSLD. « Il y a toujours des risques dans ce qu’ils font et ils y vont en toute connaissance de cause et volontairement, c’est pourquoi nous leur offrons notre profonde gratitude chaque jour », déclarait-il vendredi.

« En même temps, nous devons nous assurer que nous faisons tout ce que nous pouvons pour les protéger, nous examinerons donc les protocoles en place et verrons si et comment ils peuvent être renforcés, ainsi que de veiller à ce que les cas de COVID-19 ne se propagent pas par le biais des Forces armées canadiennes et d’autres qui servent leur pays. »

M. Trudeau a aussi indiqué que les Forces armées envisageaient l’octroi d’une prime de risque pour les militaires déployés dans des foyers de soins — comme les indemnités de risque versées lors d’une affectation dangereuse à l’étranger.