Alors que le Québec rapportait son plus faible bilan de décès en un mois relativement à la COVID-19, le premier ministre François Legault a lancé vendredi un appel aux jeunes qui se cherchent un métier d’avenir pour qu’ils se joignent au réseau de la santé.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

Ce message n’est pas étranger au manque de personnel qui s’est accentué depuis le début de la pandémie. Jeudi, M. Legault a indiqué qu’il manquait encore « quelques milliers » de travailleurs, dont des préposés aux bénéficiaires et des infirmières. Il est revenu à la charge en conférence de presse vendredi, faisant état de sa rencontre avec les 16 PDG des CIUSSS et CISSS de la région métropolitaine.

« Le grand défi qu’on a, c’est le personnel », a affirmé le premier ministre. Et le problème est particulièrement criant dans les CHSLD, où les gestionnaires réclament plus de travailleurs qualifiés.

Une augmentation salariale, notamment grâce à des primes comme celles que son gouvernement verse depuis le début de la crise sanitaire, est l’une des voies privilégiées pour attirer plus de personnes. Mais cela ne suffit pas, croit François Legault, qui table sur la valorisation des métiers liés à la santé.

« Je lance un appel aux jeunes et à tous ceux qui ont perdu leur emploi dans les secteurs où ça va être plus difficile de ravoir ces emplois-là. Considérez aller suivre une formation parce qu’on a besoin de gens. Avec le vieillissement de la population, ça va être de plus en plus vrai dans le réseau de la santé », a-t-il dit. Par la suite, M. Legault a plaidé pour que la société joue un rôle dans la promotion des métiers de la santé. 

C’est beau et c’est valorisant d’aller s’occuper de personnes âgées qui sont malades, de personnes qui ont besoin d’aide. Quand on revient le soir chez nous, il me semble qu’on se regarde dans le miroir et on peut être fier.

François Legault, premier ministre du Québec

À Montréal, quelque 4000 travailleurs de la santé ont été infectés par la COVID-19 jusqu’à présent. Le tiers d’entre eux résident dans les quartiers chauds comme Montréal-Nord, Saint-Michel et Rivière-des-Prairies où ils sont devenus des vecteurs de la contamination communautaire.

Répit quant au nombre de morts

Pour toute l’île de Montréal, le dernier bilan dénombre 20 633 cas d’infection. C’est la moitié de tous les cas confirmés au Québec. La maladie a fait 3401 victimes dans la province jusqu’à présent, soit une hausse de 50 personnes depuis 24 heures. Le premier ministre a dit y voir une tendance encourageante ; c’est le plus petit nombre de décès depuis le 13 avril dernier (75 décès).

Pour tenter de contrer la propagation, la stratégie du dépistage massif se poursuit. Tous les employés des CHSLD publics et privés, présentant ou non des symptômes, subiront un test, a indiqué François Legault. À Montréal, des efforts visent principalement les zones chaudes. Des « camions crieurs » circuleront dans les quartiers du nord-est de l’île au cours des prochains jours afin d’inciter la population à se faire tester. La Direction régionale de santé publique (DRSP) de Montréal fait également appel à des personnalités connues issues de différentes communautés immigrantes très présentes dans ces secteurs comme « agents multiplicateurs » afin d’informer la population pour qui la barrière de la langue peut représenter un défi.

Les équipes responsables des enquêtes épidémiologiques pourraient bénéficier d’un nouvel outil, soit une application mobile de traçage des contacts. La Dre Mylène Drouin, de la DRSP de Montréal, qui participait à la conférence de presse, a indiqué avoir une rencontre prévue la semaine prochaine afin de se pencher sur cette application.

1 million de masques

Outre le dépistage, le gouvernement Legault investit dans l’achat et la distribution de masques pour protéger la population montréalaise en vue d’un déconfinement graduel. Le premier ministre a précisé l’aide accordée, qu’il avait annoncée la veille.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Comme il le fait depuis mardi, François Legault portait un masque à son arrivée en point de presse. 

Ainsi, une enveloppe de 6 millions sera attribuée aux sociétés de transport du Grand Montréal pour acheter des masques à distribuer aux usagers des autobus et du métro. De plus, Québec donnera un million de masques à la Ville de Montréal en visant la population des quartiers les plus touchés par la crise sanitaire.

Je veux être très clair avec les Québécois, en particulier dans la [Communauté métropolitaine de Montréal] compte tenu de l’ampleur de la pandémie. C’est très important et on recommande très fortement à tous les gens qui utilisent le transport en commun de porter un masque.

François Legault, premier ministre du Québec

La distribution des masques devrait se faire au cours des prochains jours, a-t-il précisé.

Ajustements

Le gouvernement jongle toujours avec l’idée de rendre obligatoire le port du masque dans les transports collectifs. Cela constituerait un changement important dans la stratégie gouvernementale. Mais depuis le début de la pandémie, des ajustements sont apportés constamment.

Ainsi, la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, qui était au côté du premier ministre, a indiqué qu’une stratégie serait « bientôt » mise en place pour permettre aux travailleurs de la santé de faire part de leurs préoccupations et de transmettre des commentaires. L’annonce de cette modalité pourrait se faire en fin de semaine.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

Par ailleurs, d’autres changements pourraient être apportés, du côté des CHSLD. Outre le manque de personnel et la difficulté d’intervenir dans les établissements privés, M. Legault a été surpris d’apprendre que chaque CHSLD n’avait pas, à sa tête, une direction propre. Pour le premier ministre, il est important d’insuffler « un esprit d’équipe ». « Quand on veut s’assurer que les directives soient suivies, c’est important qu’il y ait un patron ou une patronne », a-t-il souligné.

Quant à la vétusté de nombreux immeubles abritant les CHSLD où, par exemple, des patients doivent partager leur chambre, un grand chantier de rénovations est à prévoir. M. Legault s’y est engagé, tout en prévenant que tout ne se ferait pas en quelques mois. « J’en fais une responsabilité personnelle », a-t-il dit.

> Consultez l’état de la situation dans les CHSLD

> Consultez l’état de la situation dans les RPA