À Montréal, l’été prochain, les automobilistes vont devoir apprendre à conduire autrement, ou ne pas conduire du tout. La Ville de Montréal et plusieurs arrondissements ont annoncé qu’un total de 327 kilomètres de rues locales, de grands axes de circulation et d’artères commerciales seraient réaménagés pour faire plus de place aux piétons et aux cyclistes sur la voie publique.

Bruno Bisson Bruno Bisson
La Presse

L’avenue du Mont-Royal, sur le Plateau, la rue Wellington, dans l’arrondissement de Verdun, et la rue de la Commune, qui longe toute la promenade du Vieux-Port, seront entièrement piétonnières. Le Vieux-Montréal au complet sera désigné « zone à rues partagées », c’est-à-dire que la circulation automobile s’y fera au milieu des piétons et cyclistes, à vitesse réduite. Des corridors cyclistes existants seront élargis sur de grandes artères.

Ces réaménagements temporaires commenceront à apparaître dans les rues de la ville à partir du mois prochain. Ils constituent la réponse de Montréal et des arrondissements aux besoins concernant les déplacements en période de pandémie, et au moment où Montréal commencera tout juste à ressortir de sa coquille. Pour la mairesse, Valérie Plante, ces réaménagements permettront d’assurer des déplacements sûrs en conservant la distance physique nécessaire, d’inciter les Montréalais à redécouvrir leur ville et de privilégier la fréquentation des commerces locaux, dans chaque quartier.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, en conférence de presse vendredi

L’été qui s’en vient sera très différent de nos étés habituels. Nous allons devoir continuer de composer avec la COVID-19 et la plupart d’entre nous passeront vraisemblablement leurs vacances en ville.

Valérie Plante, mairesse de Montréal 

Afin de composer avec « cette nouvelle réalité », Montréal proposera donc « un grand circuit temporaire sécurisé, qui traverse la ville, qui fait la part belle aux piétons et aux cyclistes, et grâce auquel tout le monde pourra profiter cet été de ce que Montréal a de plus beau à offrir : ses parcs, ses artères commerciales et ses rues familiales ».

De la rivière des Prairies au Saint-Laurent

La pierre angulaire de ce grand réseau de « voies actives sécuritaires » a été présentée vendredi matin par la mairesse Valérie Plante, et se déploiera sur un total de 112 kilomètres d’artères majeures, de rues commerciales et de chemins locaux à partir du mois prochain.

Un vaste corridor de voies cyclables et piétonnières traversera le centre de l’île de Montréal, du nord au sud (de la rivière des Prairies jusqu’au fleuve Saint-Laurent). Il se déploiera sur plusieurs grands axes : avenue Christophe-Colomb, rue Saint-Denis, boulevard Saint-Laurent et rue Saint-Urbain. Des portions de la rue Lajeunesse, dans le quartier Ahuntsic, et de la rue De La Roche, sur le Plateau Mont-Royal, seront aussi réaménagées de manière à élargir l’espace réservé aux vélos, dans un des principaux corridors de circulation nord-sud de l’île (en vert sur la carte).

IMAGE FOURNIE PAR LA VILLE DE MONTRÉAL

Plan du réseau des voies actives sécuritaires

Au cours de cette première phase de travaux, un long corridor de transport actif est-ouest sera implanté le long du boulevard Gouin, de l’avenue Christophe-Colomb jusqu’à la hauteur de la 87Avenue, au parc des Cageux, sur le bord de la rivière, dans l’arrondissement de Rivière-des-Prairies–Pointe-aux-Trembles.

Dans une seconde phase, des aménagements majeurs seront aussi implantés dans les quartiers Mercier–Hochelaga-Maisonneuve, Centre-Sud, et jusqu’à la hauteur de l’avenue Atwater et du boulevard De Maisonneuve. Des aménagements sont aussi prévus dans le quartier Côte-des-Neiges et le secteur de Lachine (en mauve sur la carte).

Dans les arrondissements

Autour de ces deux grands axes centraux, plusieurs arrondissements viendront greffer leurs propres aménagements (sur 88 kilomètres de voies locales) et pas moins de 77 kilomètres de liens cyclables pour ouvrir, notamment, l’accès vers les grands parcs Maisonneuve, Jarry, Frédéric-Back et du Mont-Royal.

Au total, 327 kilomètres de rues seront ainsi transformées pour favoriser le vélo et la marche en tout respect de la distanciation physique, tout en permettant l’ouverture de commerces locaux et en accommodant en toute sécurité les files de consommateurs qui se présenteront à leurs portes.

Les restrictions à la circulation ne seront pas les mêmes partout. Au contraire. À part quelques rues commerciales complètement piétonnisées, la circulation automobile ne sera pas interdite, mais restreinte. Dans tout le « Haut-Rosemont », par exemple, 50 kilomètres de rues locales seront interdites au trafic de transit, mais cela n’aura aucune incidence pour les résidants, qui pourront aller et venir à leur gré.

De façon générale, les automobilistes devront surtout se familiariser avec des pistes cyclables plus larges (Saint-Urbain, Christophe-Colomb), avec l’implantation permanente (déjà prévue) du Réseau express vélo de Montréal, notamment dans les rues Saint-Denis et de Bellechasse, ou avec des zones piétonnières élargies par l’abolition d’espaces de stationnement, en bordure de rue. Ceci représente des milliers d’espaces de stationnement à l’échelle de la ville.

> Consultez un aperçu de plan de la Ville de Montréal, rue par rue