Plus de 500 000 petites entreprises ont reçu un prêt via le programme du Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes (CUEC), a dit Justin Trudeau mercredi dans son point de presse quotidien.

Nicolas Bérubé Nicolas Bérubé
La Presse

Plus de 120 000 employeurs ont aussi été approuvés pour recevoir la Subvention salariale d’urgence du Canada (SSUC), qui s’applique à deux millions d’employés.

M. Trudeau a aussi souligné que Santé Canada a annoncé mardi soir avoir autorisé un premier test sérologique pour les anticorps liés à la COVID-19.

« C’est une avancée cruciale pour le Groupe de travail sur l’immunité face à la COVID-19, qui dispose maintenant d’un test sécuritaire et approuvé qui va permettre de détecter la présence d’anticorps spécifiques à la COVID-19 dans le sang des gens », a dit le premier ministre.

Prestation pour les étudiants

À partir de vendredi, les étudiants pourront présenter une demande pour recevoir la Prestation canadienne d’urgence pour les étudiants.

« À cause de la COVID-19, il n’y a pas autant de jobs pour les étudiants cet été. Et vous avez besoin de travailler pendant les prochains mois pour payer vos frais de scolarité ou vos dépenses quotidiennes pour l’année qui vient », a dit M. Trudeau, ajoutant que cette nouvelle prestation fait partie du plan de 9 milliards de dollars pour aider les Canadiens pendant la pandémie.  

Cela pourra être fait dans le volet « Mon Dossier » du site du gouvernement canadien, qui nécessite une inscription au préalable.

Sur la question de rendre le port du masque obligatoire, Justin Trudeau a laissé entendre qu’il n’entendait pas l’exiger à travers le pays puisque la pandémie n’affecte pas toutes les régions du Canada avec la même intensité. « La situation est très différente à l'Île-du-Prince-Édouard qu’en Ontario », a-t-il fait valoir.

Les propos tenus par l’ambassadeur du Canada en Chine, Dominic Barton, ont aussi fait réagir dans le point de presse quotidien. La semaine dernière, M. Barton a critiqué la transparence de du gouvernement chinois face à la crise de la COVID-19, déclarant lors d’une séance privée du Conseil international du Canada que la conduite de la Chine portait atteinte à sa propre « puissance douce » mondiale, sapant son influence internationale et sa capacité à persuader d’autres pays de voir les choses de son point de vue.

Mercredi, M. Trudeau n’a pas voulu s’avancer sur les propos tenus par son ambassadeur.

« Mon rôle est de protéger les Canadiens, de garantir leur santé et sécurité. Les pays qui ne se comportent pas de la meilleure façon vont recevoir des questions, et il va y avoir des conclusions faites à leur égard, et c’est tout à fait normal », a-t-il dit.