La forte affluence dans les parcs en fin de semaine en raison du beau temps pourrait laisser penser que les policiers ont donné plus de contraventions pour non-respect de la distanciation. Or, il n’en est rien. Autant le Service de police de la Ville de Montréal que la Sûreté du Québec a donné moins de contraventions durant la dernière semaine, comparativement à la semaine précédente.

Daniel Renaud Daniel Renaud
La Presse

« Oui les parcs de Montréal étaient pleins en fin de semaine mais les gens dans l’ensemble respectaient la règle de distanciation et se sont assez bien comportés. Des stationnements ont été fermés dans des parcs mais c’est surtout pour la fluidité de la circulation, pas parce que les gens ne collaborent pas », explique l’inspecteur André Durocher du SPVM.

La police de Montréal a annoncé lundi matin avoir émis 208 constats ou rapports d’infraction généraux entre le 26 avril et le 3 mai, pour un total de 2049 depuis l’entrée en vigueur du décret imposant les mesures de santé publique.

Lors de la semaine précédente, les policiers du SPVM avaient émis 396 constats et rapports, presque deux fois plus.

Ce matin, la SQ a annoncé l’émission jusqu’à maintenant de 1749 constats et rapports d’infraction généraux, ce qui signifie que ses policiers en ont donnés 235 au cours de la semaine dernière.

Il s’agit là aussi d’une diminution puisque durant la semaine précédente, les policiers de la Sûreté du Québec en avaient distribués 358.

Un constat est émis sur le champ alors qu’un rapport d’infraction général est remis à un procureur qui décidera s’il y a infraction ou non. Si c’est le cas, c’est un juge qui confirmera l’imposition d’une amende. Celles-ci sont normalement de 1000 $ plus 546 $ de frais. Une partie de ces frais sont destinés au traitement du dossier au greffe et l’autre est une contribution à l’indemnisation des victimes d’actes criminels.

Pour joindre Daniel Renaud, composez-le (514) 285-7000, poste 4918, ou écrivez à drenaud@lapresse.ca