(Montréal) L’ex-joueur du Canadien de Montréal Georges Laraque a livré un message touchant sur sa page Facebook alors qu’il est hospitalisé en raison de la COVID-19.

Stéphane Blais
La Presse canadienne

Le Montréalais âgé de 43 ans, qui est asthmatique, semblait garder le moral, malgré la difficile épreuve.

À plusieurs reprises pendant la vidéo qu’il a publiée de son lit d’hôpital, Georges Laraque toussait pendant qu’il parlait.

De son propre aveu, « Big George » n’est pas encore près d’une rémission.

« J’ai deux pneumonies dans les poumons, j’ai de l’oxygène qui passe dans les narines pour que je puisse respirer et je vais devoir rester à l’hôpital pendant un bon bout de temps, ça va prendre très longtemps avant que mes poumons se rétablissent, » a-t-il expliqué avant d’ajouter « c’était fou parce que juste avant d’arriver, je m’entraînais pour un marathon, je courais 5 ou 6 fois par semaine pendant 10 kilomètres et là, je suis incapable de me lever sans être essoufflé pendant 30 secondes ».

Dans la vidéo, l’ancien dur à cuir sourit à plusieurs reprises et semble être déterminé à mener ce qui pourrait être le combat le plus important de sa vie :

« Au moins, je suis encore en vie et je vais passer au travers ».

Au début de son message, celui qui est devenu animateur de radio après sa carrière de hockeyeur, remercie le personnel soignant de l’hôpital Charles-Le Moyne où il est hospitalisé depuis jeudi :

« Ces gens sont vraiment exceptionnels et mettent leur santé à risque pour m’aider », a-t-il expliqué entre deux toussotements.

Selon ses explications, Georges Laraque aurait pu être infecté par la COVID-19, alors qu’il aidait des personnes vulnérables.

« Je faisais des commissions pour le monde, des livraisons pour les personnes âgées, je faisais beaucoup d’épiceries et puis pouf, ça m’est arrivé ».

L’ancien pugiliste a décrit la COVID-19 comme une maladie « qui fait vraiment mal » et « qui est vraiment tough ».

Comme plusieurs personnes infectées par la COVID-19, Georges Laraque a expliqué que c’est le soir et pendant la nuit que la maladie était la plus sournoise :

« C’est là que j’ai souvent de la fièvre, pendant la nuit, on m’amène des pilules aux petites heures du matin » a-t-il précisé avant de dire qu’il avait « mal à la tête constamment ».