La mairesse de Montréal prévient qu’elle devra fermer les parcs si les règles de distanciation sociale ne sont pas davantage respectées.

Sara Champagne Sara Champagne
La Presse

Mayssa Ferah Mayssa Ferah
La Presse

Lors de l’assemblée hebdomadaire du comité exécutif, mercredi matin, Valérie Plante a fermement rappelé à l’ordre les citoyens, en leur demandant de mettre de « côté leurs envies individuelles » pour le bien commun.

« Aujourd’hui, c’est le 1er avril, il va faire soleil dans les prochains jours, ça va faire du bien. Je demande à tout le monde de ne pas envahir les parcs. La dernière chose que l’on veut, c’est de devoir les fermer. Mais, malheureusement, si les règles ne sont pas respectées, on va devoir les fermer. »

Dans plusieurs parcs de l’île de Montréal, le week-end dernier, des citoyens ont constaté et dénoncé le manque de respect des règles de distanciation.

Par exemple, le parc La Fontaine était bondé. Des groupes de marcheurs ont été vus trop près les uns des autres. Le même scénario a été constaté au parc du Mont-Royal. Sur les réseaux sociaux, les citoyens sont nombreux à dénoncer les mauvaises pratiques.

« Si on constate qu’un parc est plein, il ne faut pas aller y prendre une marche », a ajouté la mairesse Plante. Elle a également rappelé les règles d’hygiène de base concernant le lavage des mains, la distanciation sociale.

« On évite les lieux publics, a-t-elle répété. On évite les foules, on garde notre deux mètres de distance avec les gens, sauf pour notre famille immédiate. »

Dans la même optique, samedi dernier, l’administration Plante a annoncé la fermeture des parcs à chien. Les jardins communautaires montréalais demeurent également fermés jusqu’à nouvel ordre. Des fermetures s’ajoutant à l’arrêt des activités dans lieux culturels, bibliothèques, piscines, arénas, installations sportives, aires de jeu et terrains sportifs extérieurs à Montréal.

Les services municipaux essentiels, dont la collecte des ordures et le recyclage, sont maintenus. Et jusqu’à maintenant, les écocentres demeurent ouverts.

Derniers refuges

La fermeture potentielle des parcs montréalais joue sur l’humeur des résidents de la métropole. Ces espaces sont l’unique contact avec la nature pour bien des gens depuis l’interdiction de se déplacer dans d’autres régions. Les sportifs y font leur jogging faute de pouvoir s’entraîner en salles. Familles et couples confinés s’y promènent pour prendre l’air et se changer les idées.

Fermer les parcs parce que certaines personnes refusent d’obéir aux consignes serait vraiment dommage, jugent Maude Bernard et Alexandre Brassard, venus admirer les outardes au parc Maisonneuve accompagnés de leurs trois enfants. « Ici, les gens gardent leur distance et s’arrêtent pour laisser les gens passer, les chemins sont larges », explique M. Brassard, enseignant.

« Je suis pour la fermeture [des parcs] si les gens sont incapables de comprendre et de respecter les mesures de distanciation », concède toutefois Mme Bernard. Infirmière de profession, elle souhaite que la crise se termine rapidement et prend au sérieux les mesures mises en place.

« On serait déçus, c’est sûr. Quand il va faire très beau en été, ça affecterait beaucoup les gens, surtout les familles qui habitent dans des petits espaces et ont besoin de sortir », admet Francine Dupuis. Elle et son conjoint profitaient du beau temps durant leur marche quotidienne au parc Maisonneuve. Ils venaient d’apprendre que la Ville envisageait de fermer l’accès aux parcs et semblaient préoccupés par la chose.

Noureddine Sallat fréquente l’endroit régulièrement avec ses enfants. « Si c’est vrai que les gens ne respectent pas la distanciation sociale, je suis pour une fermeture des parcs. C’est pour le bien de tout le monde. »

Pour Michel Girardin, c’est un rituel de venir courir dans les sentiers sinueux du parc avec son jeune fils emmitouflé dans une poussette. Il se tient facilement à bonne distance de tous les passants. Il craint davantage d’être infecté à l’épicerie ou dans les commerces qu’à l’extérieur. Si les parcs ferment, les gens vont simplement se côtoyer dans la rue, où il sera difficile de d'appliquer les consignes, pense-t-il.