(Québec) Le gouvernement Legault limite l’accès à certains territoires de quatre nouvelles régions sociosanitaires (l’Outaouais, les Laurentides, Lanaudière et la Mauricie – Centre-du-Québec) aux travailleurs qui offrent des services essentiels.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Des points de contrôle opérés par les forces policières seront déployés dès mercredi midi. Ces nouvelles mesures « visent à limiter les déplacements non essentiels », a déclaré Québec par voie de communiqué.

Pour la région des Laurentides, seuls les travailleurs essentiels pourront aller dans les municipalités régionales de comté d'Antoine-Labelle, d'Argenteuil, de Les-Pays-d'en-Haut et de Les Laurentides. Dans Lanaudière, les secteurs visés sont les territoires d'Autray, de Joliette, de Matawinie et de Montcalm. En Mauricie, il s'agit de l'agglomération de La Tuque.

Situation particulière en Outaouais

Au cours des derniers jours, le directeur national de la santé publique, Horacio Arruda, avait souligné que la région d’Ottawa-Gatineau était particulière, puisqu’elle s’étend sur deux provinces où les citoyens traversent la frontière pour y obtenir, entre autres, des soins médicaux.

La Sûreté du Québec (SQ) a confirmé mercredi qu'il y aura désormais des points de contrôle aléatoires (et non systématiques) à la sortie des ponts qui relient Gatineau à la capitale du Canada. D'autres barrages pourraient être érigés ailleurs dans la région.

« Les mesures instaurées ne visent pas les activités qui permettent d’obtenir et de fournir des soins et des services de santé, ni celles qui assurent le soutien humanitaire et les services essentiels pour la continuité de la chaîne d’approvisionnement de l’ensemble des régions du Québec. En limitant ainsi les entrées et les sorties, les autorités de santé publique croient pouvoir limiter et prévenir davantage la propagation de la COVID-19 », ont indiqué les autorités de santé publique mercredi.

En mars dernier, les maires de Gatineau et d’Ottawa, Maxime Pedneaud-Jobin et Jim Watson, avaient uni leurs voix pour demander à leurs citoyens d’éviter tous voyages non essentiels entre les deux régions. Certains secteurs au nord de Gatineau se plaignaient que plusieurs Ontariens faisaient des allées et venues entre leur résidence en Ontario et leur chalet au Québec.

« Cette décision était devenue une étape nécessaire dans le contexte de notre réalité géographique. Chaque déplacement implique potentiellement des arrêts qui multiplient les risques de contagion. Ces mesures vont avoir pour effet d'octroyer aux forces de l'ordre une plus grande capacité d'intervention pour limiter les déplacements non essentiels », a déclaré mercredi M. Pedneaud-Jobin.

« La Sûreté du Québec travaille en étroite collaboration avec le Service de police de la Ville de Gatineau et le Service de sécurité publique de la MRC des Collines-de-l’Outaouais afin de mettre en place des mesures communes pour limiter les déplacements qui seront contrôlés sur une base aléatoire par les forces policières », a également précisé la SQ par voie de communiqué.

Des contrôles ailleurs au Québec

Ces restrictions s’ajoutent aux barrages qui limitent déjà l’accès de façon générale à 8 autres régions du Québec depuis le 28 mars : le Bas-Saint-Laurent, l’Abitibi-Témiscamingue le Saguenay-Lac-Saint-Jean, la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, la Côte-Nord, le Nord-du-Québec, le Nunavik et les Terres-Cries-de-la-Baie-James.

Pour l'instant, des contrôles policiers ne sont pas annoncés pour la région de Montréal, où l'on compte le plus grand nombre de cas de COVID-19 au Québec. Les autorités de santé publique ont toutefois recommandé aux citoyens de la métropole de limiter leurs déplacements dans la ville afin de freiner la propagation du coronavirus.