(Ottawa) Le chef du Parti conservateur (PCC) Andrew Scheer joint sa voix à celle de son critique en matière de Finances, Pierre Poilievre, pour demander que les députés soient rappelés à la Chambre des communes pour faire adopter le programme de subvention salariale temporaire pour les employeurs.

Catherine Lévesque
La Presse canadienne

M. Scheer, qui s’exprimait de Régina, en Saskatchewan, a déclaré que si le gouvernement Trudeau veut modifier la législation adoptée la semaine dernière, il devrait recevoir l’aval des députés.

Il y a tout juste sept jours, un Parlement réduit adoptait un plan de mesures économiques d’urgence qui devait être de 82 milliards pour aider les citoyens et les entreprises du Canada affectés par l’éclosion de la COVID-19. Avec l’ajout de la Prestation canadienne d’urgence, le plan adopté est monté à 107 milliards.

La part du lion du plan comprend 55 milliards sous forme d’impôts différés pour les entreprises et les particuliers. De plus, 52 milliards seront versés en aide pour les travailleurs, les étudiants qui doivent rembourser leurs prêts, en plus de fonds pour le système de santé, les sans-abri, les refuges pour femmes et les communautés autochtones.

La subvention salariale aux petites entreprises devait d’abord être de 10 %, mais a été augmentée à 75 % vers la fin de la semaine dernière.

Lundi, le premier ministre Justin Trudeau a annoncé que la subvention salariale sera finalement distribuée à toute entreprise qui aura perdu au moins 30 % de son revenu, quel que soit son nombre d’employés. Le gouvernement du Canada subventionnera 75 % de la première tranche de 58 700 $ de chaque salaire ; il pourrait ainsi assurer jusqu’à 847 $ par semaine, par employé.

La mesure est rétroactive au 15 mars.

Le ministre des Finances, Bill Morneau, doit fournir plus de détails sur cette subvention salariale mercredi après-midi.