La COVID-19 s’étend désormais sur toute l’île de Montréal mais plus de 40 % des cas demeurent concentrés dans les secteurs centre-ouest, sud et centre-est.

Kathleen Lévesque Kathleen Lévesque
La Presse

C’est ce qui ressort des données publiées lundi après-midi par la Direction régionale de la santé publique (DRSP) de Montréal. Le nombre de cas confirmés sont détaillés pour tous les arrondissements montréalais et les villes de banlieue qui composent l’agglomération. Ces chiffres seront mis à jour quotidiennement.

En date de dimanche, à 18 h 30, on comptait 1612 cas d’infection à la COVID-19 à Montréal. De ce nombre, 729 personnes ayant reçu un test positif, résident sur un vaste territoire (11 arrondissements ou villes) touchant notamment à l’ouest LaSalle et Côte-Saint-Luc, en passant par Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce, Outremont et Ville-Marie, jusqu’à Rosemont–Petite-Patrie, à l’est.

Tous les recoins de l’île sont touchés sauf le petit village de Senneville, à l’extrême-ouest de l’île. Senneville compte moins de 1000 habitants qui sont majoritairement des personnes âgées de plus de 65 ans.

C’est l’arrondissement de Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce–Notre-Dame-de-Grâce-Notre-Dame-de-Grâce, le plus populeux de Montréal avec plus de 166 000 personnes, qui est au sommet du nombre d’infections au coronavirus (161 personnes). Suivent Côte-Saint-Luc (107 cas), Rosemont–Petite-Patrie (80 cas), Ville-Marie (67 cas), Plateau Mont-Royal (67 cas) et LaSalle (66 cas). D’autres arrondissements, comme Ahuntsic-Cartierville et Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension connaissent également une croissance de contamination avec respectivement, 54 et 41 cas.

La mairesse de CDN-NDG, Sue Montgomery, se dit très préoccupée par la situation qui est « un véritable défi ». « Lorsque l’on a encore un salaire comme moi, on a le devoir d’aider les autres. J’ai fait l’épicerie pour quelques familles qui n’avaient plus rien », dit-elle. La semaine prochaine, elle proposera aux élus de son arrondissement une aide d’urgence de 200 000 $ aux organismes communautaires locaux et 100 000 $ à verser à Centraide.

La mairesse de LaSalle, Manon Barbe, constate la propagation rapide de la COVID-19 mais donne l’assurance elle aussi que tout est mis en œuvre pour aider la population. Le conseil d’arrondissement a voté la semaine dernière une aide d’urgence de 100 000 $ pour que les organismes locaux puissent soutenir la nouvelle tranche de la population qui fait face à des problèmes financiers et souvent, à une urgence alimentaire. « On est là pour les épauler surtout que ça risque d’être très long avant que tout redevienne à la normale », estime Mme Barbe.

LaSalle a beaucoup d’allophones qui ne parlent ni français ni anglais. On a une grande communauté chinoise et une communauté qui parle pendjabi. Il faut s’assurer que tout le monde comprend les messages des gouvernements.

Manon Barbe, mairesse de LaSalle

La directrice de la DRSP de Montréal, Dre Mylène Drouin, estime que la contamination communautaire apparaît nettement à travers les enquêtes épidémiologiques faites par ses équipes. Ce ne sont plus que les personnes ayant voyagé outre-frontières ou qui ont été en contact avec des voyageurs qui présentent des symptômes de la COVID-19.