Le bilan québécois de la pandémie de COVID-19 continue de s’alourdir. Trois jours à peine après avoir franchi mardi le cap symbolique des 1000 cas confirmés, le Québec en compte maintenant le double avec 2021 personnes infectées par le coronavirus. Dix nouveaux décès ont été confirmés vendredi, ce qui représente la plus forte augmentation en 24 heures depuis le début de la crise.

Fanny Lévesque Fanny Lévesque
La Presse

Louis-Samuel Perron Louis-Samuel Perron
La Presse

Ariane Krol Ariane Krol
La Presse

« Dur » bilan

Particulièrement émotif, François Legault a confirmé que 10 nouveaux décès liés à la COVID-19 avaient été enregistrés en 24 heures seulement pour porter le total à 18. « Je le sais que c’est dur. Moi-même, quand je l’ai appris [vendredi] matin, 10 décès juste dans une journée, c’est dur et on avait beau m’avoir averti qu’on en viendrait là… », a-t-il laissé tomber. « Je vous l’avais dit au cours des derniers jours, on s’attendrait à arriver dans une étape plus critique. Les résultats le montrent aujourd’hui. » Ainsi, le Québec compte 2021 cas confirmés de la maladie. Cela représente une hausse de 392 cas par rapport à la veille. Quelque 141 personnes étaient hospitalisées (+ 35), dont 50 aux soins intensifs (+ 7). Un total de 7236 personnes sont sous investigation, alors que 32 335 analyses se sont avérées négatives jusqu’à présent. Sur une note plus positive, 29 personnes sont guéries de la maladie.

Hausse du nombre de patients à l'Hôpital général juif

Les soins intensifs se remplissent rapidement à l’Hôpital général juif, alors que Montréal devient de plus en plus l’épicentre de l’épidémie. Le centre hospitalier assure toutefois être prêt à accueillir davantage de malades. Vendredi en fin d’après-midi, on y traitait 44 patients atteints de la COVID-19, dont 19 étaient aux soins intensifs. La situation demeure toutefois sous contrôle, assure Francine Dupuis, présidente-directrice générale adjointe du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal, duquel relève l’hôpital. « On ajoute des lits aux soins intensifs au fur et à mesure. Mais ça devient plus serré au niveau du personnel. Des infirmières, on n’en pond pas », affirme-t-elle. Une proportion importante des cas dans la métropole se trouve sur le territoire couvert par l’hôpital, soit les secteurs de Côte-Saint-Luc, Mont-Royal, Outremont et Côte-des-Neiges–Notre-Dame-de-Grâce. Dès dimanche, une nouvelle clinique de dépistage à l’auto sera déployée dans le secteur de Côte-Saint-Luc – sur le terrain du CLSC René-Cassin, boulevard Cavendish. Dans l’ensemble du Québec, 578 des 1100 lits de soins intensifs « sont libres actuellement. Alors on est capables d’absorber et on s’organise bien », a souligné la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann.

Portraits encore imprécis en région

La région de la Mauricie et du Centre-du-Québec compte maintenant 69 cas répartis entre six territoires, a détaillé le CIUSSS local vendredi après-midi. Une exception notable alors que la plupart des régions sont encore réticentes à donner des informations détaillées. C’est dans les environs de Trois-Rivières et de Shawinigan qu’on retrouve le plus de cas (25 et 19 respectivement). Quatre autres réseaux locaux de services (RLS) sont touchés, soit ceux de Drummond (12 cas), d’Arthabaska-et-de-l’Érable et de la Vallée-de-la-Batiscan (5 cas chacun), ainsi que de Bécancour-Nicolet-Yamaska (3 cas). Les patients ayant reçu un diagnostic ont entre 20 et 69 ans, et « toutes les strates d’âge sont également touchées », a précisé la directrice de santé publique, Marie-Josée Godi. En Estrie, où l’on compte pourtant 227 cas, on reste dans le vague. « La majorité des cas se retrouve sans surprise dans nos grands pôles urbains, soit Sherbrooke et Granby », a simplement indiqué le CIUSSS de l’Estrie. La Capitale-Nationale, qui recense 106 cas, ne donne toujours qu’un chiffre global. L’Outaouais, qui ne compte que 18 cas, a au moins précisé qu’ils sont tous à Gatineau. La Montérégie (193 cas) et Laval (130) ne ventilent pas les données à ce jour.

La nuit porte conseil

PHOTO JACQUES BOISSINOT, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Eric Girard, ministre des Finances

François Legault a demandé au ministre des Finances, Eric Girard, de trouver un moyen d’accorder une compensation aux travailleurs qui demeurent en poste actuellement, mais qui gagnent moins que ce qu’ils toucheraient s’ils bénéficiaient de la Prestation canadienne d’urgence de 2000 $ par mois, offerte par Ottawa. La question avait été soulevée jeudi alors qu’on soulignait que les préposés aux bénéficiaires gagneraient plus à être à la maison qu’au travail. « J’ai pu y penser cette nuit […] et je peux comprendre que ça peut paraître injuste », a souligné M. Legault. « Donnez-moi un peu de temps, ce n’est pas simple à mettre en place. […] Mais faites-moi confiance. » Québec a aussi annoncé le report du paiement de la TPS et de la TVQ au 30 juin pour les entreprises.

« Les fameuses marches »

Les consignes pour aller prendre l’air ne sont pas toujours au diapason d’une province à l’autre, si bien que le premier ministre Legault a tenu à rappeler les siennes : « Bon, maintenant, les fameuses marches », a-t-il lancé, soulignant l’arrivée du printemps. « C’est important d’aller prendre des marches », a-t-il répété, insistant sur l’importance de respecter une distance de deux mètres entre les personnes. Par contre, si vous avez des symptômes de la maladie ou si vous avez reçu un résultat positif au test de dépistage, « vous n’y allez pas », a-t-il dit. Il avait aussi un message pour les voyageurs asymptomatiques : « Vous êtes beaucoup plus à risque que la moyenne des Québécois d’avoir le virus, donc de le donner. Idéalement, vous restez à la maison. »

Aide aux victimes de violence

Le gouvernement Legault a débloqué une aide d’urgence de 2,5 millions pour bonifier le financement des maisons d’hébergement et des organismes qui viennent en aide aux femmes victimes de violence conjugale. « Je pense aux enfants qui subissent de la violence, puis aux femmes […] vous n’avez pas à rester à la maison », a affirmé M. Legault, en appelant à la vigilance des Québécois. « Les voisins, la famille un peu plus éloignée : soyez vigilants. Si vous êtes au courant qu’un enfant ou qu’une femme subit de la violence, appelez la police. Je demande votre aide. On doit continuer de s’occuper de nos personnes vulnérables », a-t-il ajouté.

— Avec la collaboration de Tommy Chouinard, La Presse