Les cabinets privés de professionnels, comme les psychologues, dentistes et optométristes, ont appris mercredi qu’ils étaient finalement sur la liste des services essentiels du gouvernement du Québec. Ils peuvent maintenant rencontrer leurs clients en personne, pourvu que les cas soient urgents.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

« Il revient au psychologue de juger de l’urgence des situations selon les particularités de chaque client », lit-on sur le site de l’Ordre des psychologues du Québec.

Pour ceux qui n’ont pas de psychologues et sentiraient le besoin d’en consulter en cette période de crise, le gouvernement travaille activement avec l’Ordre des psychologues à la mise sur pied de toute initiative pour offrir de l’aide à la population en détresse.

« L’Ordre a offert son entière collaboration à ces ministères afin de soutenir toute initiative que les autorités gouvernementales mettront sur pied pour offrir de l’aide psychologique à la population dans le contexte de la COVID-19 », peut-on lire sur le site de l’Ordre.

Pour ceux qui ont déjà un psychologue, ils peuvent profiter de consultations par vidéoconférence ou par téléphone. L’Ordre des psychologues du Québec encourage d’ailleurs ses membres à prioriser les appels plutôt que les rencontres en personne.

À noter, si un client refuse les consultations à distance, le psychologue ne peut pas imposer les frais pour des rendez-vous manqués pendant la crise.