(Québec ) Le Québec connaît lundi sa plus forte augmentation de nouveaux cas de COVID-19 depuis le début de la pandémie : 628 personnes sont désormais infectées, une hausse de 409 cas en une journée. Le gouvernement Legault demande à toutes les entreprises, sauf à celles qui offrent des services essentiels, de cesser leurs activités jusqu'au 13 avril.

Hugo Pilon-Larose Hugo Pilon-Larose
La Presse

Philippe Teisceira-Lessard Philippe Teisceira-Lessard
La Presse

« Le Québec va être sur pause pendant trois semaines », a résumé lundi François Legault. Ces nouvelles restrictions ne visent pas les pharmacies et les épiceries, entre autres, mais elles touchent tous les chantiers de construction. Une liste détaillée de ce qui est considéré comme un service essentiel sera publiée sous peu. Les entreprises qui fonctionnent entièrement par télétravail, sans devoir maintenir une présence physique à un siège social, pourront poursuivre leurs opérations.

« Plus vite on va limiter les contacts, plus vite on va limiter la contagion et plus vite on va pouvoir retrouver une vie normale. Je demande à tous les Québécois de collaborer. J'ai besoin de vous », a dit le premier ministre, alors qu'il y a actuellement 45 patients hospitalisés dans la province, dont 20 aux soins intensifs.

Le gouvernement Legault avait prévenu les Québécois dimanche que la semaine commencerait avec une forte hausse des cas. « La plus grosse augmentation [de cas], on l’attend [lundi] », avait dit le premier ministre, alors que le ministère de la Santé indiquait le week-end dernier qu’il attendait la confirmation de 233 « cas probables » de COVID-19.

Québec modifie dès lundi sa façon de comptabiliser les cas de personnes infectées par le coronavirus. Le gouvernement inclut désormais « les cas probables » dans le total du nombre de personnes infectées afin de « mieux refléter la réalité ». Une partie de la hausse fulgurante de lundi résulte de ce changement méthodologique.

Le gouvernement a également accéléré ces derniers jours le nombre de tests qui sont faits chaque jour. À mesure que les résultats sont dévoilés, il va de soi que le nombre de cas augmente, avait-on prévenu. Au cours des prochains jours, les autorités gouvernementales regarderont particulièrement le nombre de Québécois qui sont hospitalisés. L’objectif des mesures de distanciation qui sont annoncées depuis quelques jours est d’éviter une surcharge de patients atteints de la COVID-19 aux urgences.

François Legault a également lancé un appel aux jeunes : si vous êtes en santé, offrez vos services aux organismes qui viennent en aide aux gens plus vulnérables dans la société, a-t-il dit dans un grand appel à la solidarité.

« On s'y attendait »

La hausse soudaine du nombre de malades n'est pas une surprise pour l'épidémiologiste Nima Machouf.

« On s'y attendait », a-t-elle indiqué à La Presse en entrevue. « Jusqu'au début avril, ça va augmenter de façon très rapide. »

Avec le délai d'apparition des symptômes, le délai pour obtenir un test et celui pour obtenir les résultats, les cas qui se sont ajoutés au bilan ont probablement été infectés il y a une dizaine de jours, explique Dre Machouf, au moment où la situation commençait à être prise au sérieux.

« La directive pour les tests c'est encore d'avoir des symptômes et une histoire de contact », a-t-elle souligné. À l'heure actuelle, des Québécois qui n'ont pas voyagé sont donc nécessairement infectés sans le savoir - et sans pouvoir passer de test pour le moment. D'où l'importance de respecter les demandes de la santé publique et de rester chez soi, a-t-elle dit.

Dre Machouf a ajouté que la méthode de calcul avait aussi changé : de deux analyses de chaque échantillon, les autorités sanitaires sont passés à un seul, ce qui a fait subitement entrer des dizaines de personnes dans la catégorie des cas confirmés.

L'épidémiologiste se fait toutefois rassurante : « On ne va pas atteindre la courbe de l'Italie, parce qu'il y a eu des mesures très strictes assez rapidement. J'aurais préféré qu'on les prenne une semaine avant, mais ce qu'ils ont fait c'est quand même très bien. »