Il se trouve déjà sur les tablettes des pharmacies de partout sur la planète, coûte moins de 1 $ par jour et pourrait empêcher les complications graves de la COVID-19. Des chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal démarrent une étude à grande échelle visant à tester un médicament appelé colchicine contre la détresse respiratoire causée par la COVID-19.

Philippe Mercure Philippe Mercure
La Presse

« On n’a littéralement pas dormi depuis six jours. Honnêtement, je pense que ça ne s’est jamais vu dans l’histoire, une étude clinique qui s’organise comme ça. Ce qu’on fait là prend habituellement six mois, on l’a fait en six jours. C’est absolument extraordinaire de voir la mobilisation des employés, des entreprises et des gouvernements », lance le Dr Jean-Claude Tardif, directeur du Centre de recherche de l’Institut de cardiologie de Montréal (ICM).

La colchicine est un anti-inflammatoire qui vise le système immunitaire et qui est déjà commercialisé contre quelques maladies, dont la goutte, cette forme d’arthrite inflammatoire qui s’attaque au gros orteil. Le Dr Tardif et son équipe ont de bonnes raisons de croire que ce médicament pourrait empêcher les patients atteints de la COVID-19 de développer ce qu’on appelle des « tempêtes inflammatoires majeures », qui empêchent les patients de bien respirer et peuvent causer la mort. Si les scientifiques remportent leur pari, le taux d’hospitalisations et les morts liés à la maladie chuteraient, diminuant la crainte de voir les unités de soins intensifs surchargées comme c’est le cas actuellement en Italie.

« Je n’ai pas de preuve que ça va marcher. Mais si ça marche, et je conviens que c’est un gros si, on peut rêver. Si vous ne craignez plus, ou beaucoup moins, les complications sévères de la COVID-19, ça change tout. On n’a plus besoin d’enfermer les gens et de les mettre en quarantaine. On se retrouve devant une maladie somme toute banale. Ça vient de transformer le tableau mondial instantanément », dit le Dr Tardif.

Une étude clinique en mode express

Pour vérifier le potentiel de la colchicine, l’Institut de cardiologie de Montréal lance une étude clinique comme on n’en a sans doute jamais vu. Objectif : recruter le plus rapidement possible, ici au Canada, 6000 patients atteints de la COVID-19 et à risque de développer des symptômes graves. La moitié recevront le médicament et l’autre, un placebo. Une ligne téléphonique, fonctionnelle dès 7 h ce lundi matin, a été créée pour recevoir les appels des patients.

« On a une armée de 40 infirmières qui sont au téléphone sept jours sur sept, 24 heures sur 24, pour évaluer les critères d’inclusion », explique le Dr Tardif. Des formulaires de consentement pouvant être signés de façon électronique seront ensuite envoyés aux patients. Ceux qui sont sélectionnés pour l’étude se verront livrer les médicaments à domicile, par messager.

« On a tout un protocole établi. Le livreur va déposer le paquet à la porte, va en aviser le patient par téléphone, puis va attendre, à une distance d’au moins deux mètres, pour observer que c’est le bon patient qui a pris la bouteille. » Le suivi médical se fera par téléphone. « Il était très important pour nous de ne pas surcharger les hôpitaux », explique le Dr Tardif.

L’étude, baptisée COLCORONA, est coordonnée par le Centre de coordination des essais cliniques de Montréal et est financée par le gouvernement du Québec. Le géant technologique CGI a développé la plateforme technologique qui la soutient, tandis que l’entreprise pharmaceutique Pharmascience a fabriqué les lots de colchicine. Telus a aussi contribué à l’instauration de la ligne téléphonique.

Chez CGI, on raconte avoir reçu un coup de fil de l’ICM mardi après-midi afin de développer une plateforme technologique capable de récolter les données des patients de façon sécuritaire.

« On a tout de suite mis une équipe en place qui a compté jusqu’à 40 personnes et qui a travaillé jour et nuit. On parle de centaines d’heures », précise Julie Godin, coprésidente du conseil d’administration et vice-présidente exécutive, planification et développement stratégique, chez CGI. Tous les coûts de développement ont été assumés par l’entreprise et par la Fondation Famille Godin.

Santé Canada a aussi grandement accéléré son processus d’approbation pour donner le feu vert aux chercheurs. L’étude a été approuvée par un comité d’éthique et sera supervisée par un comité d’experts indépendants. Encore une fois, tout cela s’est mis sur pied extrêmement rapidement.

Une réponse dans moins de trois mois

Le pays ne compte encore qu’environ 1300 cas de COVID-19, dont seule une faible proportion est à risque de développer des complications graves. Mais étant donné l’augmentation attendue du nombre de cas, le Dr Tardif a espoir de terminer le recrutement des 6000 patients d’ici deux mois. Un mois plus tard au maximum, on saura si le médicament fonctionne.

« On veut faire les choses vite, mais bien. C’était important pour nous d’avoir une véritable étude clinique qui nous donnera de vraies réponses, et pas seulement des évidences anecdotiques. Maintenant, si ça devient rapidement clair que le médicament fonctionne, il n’est pas exclu que le comité de sécurité de l’étude l’arrête prématurément », dit le Dr Tardif. Dans ce cas, le médicament pourrait être administré à tous ceux qui en ont besoin plus rapidement.

Cibler l’inflammation

Plusieurs indices ont mis les chercheurs de l’Institut de cardiologie de Montréal sur la piste de la colchicine (ne pas confondre avec la chloroquine, un médicament contre la malaria qui est actuellement testé pour guérir les patients atteints de la COVID-19).

Il y a d’abord le fait que comme pour la grippe espagnole de 1918, les enfants développent très rarement des complications graves lorsqu’ils contractent la COVID-19. « Or, les enfants, contrairement aux adultes, sont capables de mettre les freins très rapidement sur la réaction inflammatoire », explique le Dr Tardif.

Deuxième indice : il semble qu’une grande proportion des gens qui développent des complications sont victimes non pas directement du virus, mais d’une réaction exagérée et inefficace du système immunitaire. Cette réaction crée une inflammation dans les poumons qui finit par empêcher le patient de respirer.

Troisième indice : une étude sur des souris infectées par la grippe a déjà montré que si on bloque leur réponse inflammatoire, sans même chercher à attaquer le virus, les animaux s’en sortent beaucoup mieux.

Ensemble, ces signes ont convaincu les chercheurs de l’ICM qu’il fallait cibler l’inflammation causée par le système immunitaire pour éviter les problèmes graves de la COVID-19. Ils ont immédiatement pensé à la colchicine. En novembre dernier, une équipe de l’Institut a montré que ce médicament pouvait diminuer les risques d’événements cardiovasculaires.

« Nous sommes sans doute les gens dans le monde qui connaissent le mieux cette molécule », dit le Dr Tardif. Puisque le médicament est déjà commercialisé, les chercheurs n’ont pas besoin de démontrer son innocuité avant de le donner aux patients. Les autres avantages sont qu’il est peu cher, facilement accessible et peut être pris en simples comprimés.

« Je suis le premier à dire que si on pouvait avoir un vaccin demain matin, ce serait l’idéal, dit le Dr Tardif. Mais la majorité d’entre nous pense qu’il faudra entre neuf et douze mois pour ça. Il ne semble pas avoir d’antiviral vraiment efficace actuellement, alors on pense que prévenir les complications est l’une des approches les plus intelligentes à suivre. »

Patients recherchés

L’Institut de cardiologie de Montréal cherche des patients qui ont un diagnostic formel de COVID-19, qui ont plus de 40 ans et qui ont un autre facteur de risque (diabète, asthme, maladie pulmonaire chronique ou maladie cardiovasculaire). Les gens infectés qui ont 70 ans et plus peuvent aussi participer à l’étude, même sans facteur de risque. Les femmes qui ne prennent pas de contraceptifs, qui sont enceintes ou qui allaitent ne sont pas admissibles.

Si vous répondez aux critères et souhaitez participer à l’étude, vous pouvez appeler, dès 7 h ce lundi matin, au 1 877 536-6837.

Consultez le site de l’étude COLCORONA pour en savoir plus

Si vous éprouvez des symptômes sans avoir reçu de diagnostic, appelez plutôt la ligne du gouvernement du Québec au 1 877 644-4545.