(Québec) Québec ordonne la fermeture à compter de minuit des centres commerciaux, des salles à manger des restaurants, des salons de coiffure et d’esthétique jusqu’au 1er mai. Il prolonge la fermeture des écoles et des services de garde jusqu’à cette date, au moins.

Tommy Chouinard Tommy Chouinard
La Presse

Que les élèves retournent en classe ou pas à ce moment, ils pourront passer au niveau suivant selon le jugement de leur enseignant basé sur les résultats des deux premiers bulletins. Les examens du ministère sont annulés. Il n’est pas question de prolonger le calendrier scolaire et d’ouvrir les écoles l’été. Le premier ministre François Legault en a fait l’annonce dimanche. . « On pense que la grande majorité des élèves vont pouvoir passer au prochain niveau », a dit M. Legault.

Il y a maintenant 219 cas de COVID-19 au Québec, en hausse de 38 en une journée. « La plus grosse augmentation [de cas], on l’attend demain », a-t-il précisé en conférence de presse.

Vingt-quatre personnes sont hospitalisées, et 13 sont aux soins intensifs. Québec révise le nombre de décès à la baisse, de cinq à quatre, puisqu’une personne n’était finalement pas infectée. Les quatre aînés décédés habitaient la résidence EVA de Lavaltrie, dans Lanaudière.

« Il y a trop de personnes encore dans les centres d’achat », a affirmé M. Legault pour justifier la décision de les fermer à compter de minuit, et ce, jusqu’au 1er mai. Les épiceries, les pharmacies et les succursales de la SAQ qui se trouvent dans les centres commerciaux demeurent ouvertes.

Dans le cas des restaurants, seuls les services pour « sortir de la nourriture », de type « take out », peuvent être maintenus, a-t-il précisé.

Le retour des élèves en classe se ferait le 4 mai en théorie, mais la situation sera évaluée en fonction de l’évolution de la propagation du coronavirus.

« Il y a déjà deux tiers de l’année qui est faite. De 65 % à 70 % des jours de classes prévus au calendrier sont déjà faits. Il y a déjà suffisamment d’évaluations, deux bulletins ont été acheminés aux parents, donc, les enseignants prendront la décision. Mais on peut imaginer qu’un élève qui a été en grande, grande, grande difficulté toute l’année ne sera pas automatiquement promu par magie à l’année suivante », a affirmé le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge.

À compter du 30 mars, le gouvernement mettra en ligne un site contenant des activités d’apprentissages « non obligatoires ». Et « à compter du 6 avril, il y aura d’acheminée à toutes les familles, à tous les élèves, une liste d’activités hebdomadaires, une liste de suggestions, qui ne seront pas obligatoires, mais quand même qui vont être adaptées à l’âge puis au niveau des élèves. S’il y a des endroits où ils n’ont pas de courriel, ça va se faire par la poste, on va trouver une façon de rejoindre tout le monde », a ajouté le ministre.

La fermeture des cégeps et des universités est également prolongée jusqu’au 1er mai. « Il y a déjà des établissements qui offrent de cours en ligne. Le ministre de l’Éducation va s’assurer que ça soit le cas pour tous les cégeps et les universités, pour que les étudiants puissent compléter leur année scolaire qui finissait soit au mois d’avril soit au mois de mai », a affirmé François Legault.

Selon le communiqué du gouvernement, « les étudiants des cégeps, des collèges et des universités auront la possibilité de compléter leur session d’hiver en ligne. Les modalités relatives à la continuité de leur formation leur seront communiquées par leurs établissements d’enseignement respectifs. Les activités normales reprendront à la session d’automne 2020. Les établissements seront soutenus pour encourager la poursuite ou le démarrage de la formation à distance et tout autre moyen d’enseignement alternatif, à partir du 30 mars. »