Les autorités fédérales ont traqué et neutralisé des sites d’hameçonnage qui tentaient de piéger les Canadiens en imitant les plateformes gouvernementales dans le cadre de la pandémie actuelle.

Vincent Larouche Vincent Larouche
La Presse

Le Centre de la sécurité des télécommunications (CST), l’agence ultra-secrète chargée de l’espionnage et du contre-espionnage électronique et de la sécurité des réseaux informatiques au Canada a confirmé l’information à La Presse vendredi.

>>> Abonnez-vous à notre infolettre

« Bien que nous soyons limités dans ce que nous pouvons dire à propos de nos opérations, nous pouvons confirmer que le CST contribue à la réponse du Canada face au virus COVID-19. Par exemple, nous travaillons sur en coordination avec nos partenaires en matière de renseignement et de sécurité pour nous assurer que les sites d’hameçonnage liés à la COVID-19 qui imitent le gouvernement du Canada sont retirés », a déclaré Evan Koronewski, porte-parole de l’organisme.

Des sites ont déjà été retirés avec succès.

L’hameçonnage est une technique utilisée par des fraudeurs pour soutirer des informations personnelles aux internautes en se faisant passer pour un organisme officiel. Un fraudeur peut se faire passer pour une banque, un fournisseur de services ou une agence gouvernementale afin de demander le mot de passe, le numéro d’assurance sociale, l’âge et les coordonnées personnelles d’une personne par exemple.

Attention aux fraudes

Le Centre antifraude du Canada a d’ailleurs mis le public en garde vendredi contre les campagnes de courriels malveillants qui « capitalisent sur les craintes du public concernant COVID-19 ».

Contacté par La Presse, le Centre antifraude a aussi dit avoir reçu un signalement récemment concernant une annonce frauduleuse en ligne sur Kijiji qui proposait du désinfectant pour les mains.

L’organisme de prévention est toutefois à l’affût et a publié une liste des stratagèmes frauduleux recensés ailleurs dans le monde depuis le début de la pandémie, afin de mettre le public en garde s’ils étaient importés ici.

Ces stratagèmes incluent :

– Vente de faux tests de dépistage

– Achat de grandes quantités de produits en magasin (parfois périmés ou de mauvaise qualité) pour les revendre à des prix abusifs.

– Faux services de décontamination offerts en porte-à-porte.

– Vente de faux remèdes

– Invitation à investir dans des actions supposément prometteuses liées à la maladie