Le Nunavut a reçu mercredi 6000 doses du vaccin de Moderna contre la COVID-19, qui, à la différence du vaccin de Pfizer-BioNTech, peut être maintenu à seulement -20o C. Une condition essentielle pour l’acheminement du vaccin dans cette région éloignée.

Léa Carrier Léa Carrier
La Presse

Le premier ministre du Nunavut, Joe Savikataaq, et l’administrateur en chef de la santé publique, DMichael Patterson, ont bravé le froid mercredi pour recevoir les précieux paquets à l’aéroport d’Iqaluit.

La moitié des doses ont été stockées à l’Hôpital général Qikiqtani, tandis que les 3000 autres sont destinées à Rankin Inlet, une communauté de 2000 habitants à l’ouest d’Iqaluit.

Sur Twitter, M. Savikataaq a qualifié l’arrivée des vaccins de « grand moment », avant de rappeler l’importance de maintenir les efforts contre la propagation du virus. « Lorsque nous aurons plus de vaccins, nous commencerons à les distribuer aux adultes de toutes les collectivités du NU, mais cela pourrait prendre des semaines ou mois. Soyez patients et continuez de respecter les mesures de santé publique, qui ne disparaîtront pas de sitôt. »

La vaccination ne devrait pas commencer avant la semaine prochaine. Le premier lot de vaccins sera destiné au personnel de première ligne et aux personnes âgées.

Selon le DPatterson, le territoire s’attend à recevoir de nouvelles livraisons de vaccins toutes les trois semaines – suffisamment pour vacciner les trois quarts des adultes du Nunavut d’ici mars 2021.

Un défi logistique

Les trois territoires du Grand Nord ont dû attendre l’approbation du vaccin de Moderna pour commander leurs premières doses. Contrairement au vaccin de Pfizer-BioNTech, qui doit être conservé à une température de -70o C, celui de Moderna peut être maintenu à seulement-20o C, ce qui facilite sa livraison dans ces régions éloignées.

Deux doses du vaccin de Moderna doivent être administrées à quatre semaines d’intervalle pour permettre l’immunisation contre la COVID-19.

Pour l’heure, le DPatterson a indiqué ne pas avoir décidé dans les détails de la manière dont la campagne de vaccination sera déployée. Un point de presse par les autorités a été annoncé pour le 5 janvier.

Deux décès et trois cas actifs

Le 30 décembre, le gouvernement ne comptait plus que trois cas actifs du virus sur son territoire. Depuis l’apparition de la COVID-19 en sol nunavois en début novembre, 266 cas ont été répertoriés.

Le Nunavut déplore deux décès des suites de la maladie, l’un d’Arviat et l’autre de Rankin Inlet.