(Ottawa) Santé Canada assure qu’elle sera « bientôt » prête à annoncer si elle autorise le deuxième vaccin contre la COVID-19, après avoir reçu les derniers documents de la société américaine Moderna en fin de semaine.

Mia Rabson
La Presse Canadienne

La nouvelle directrice générale de Moderna au Canada — embauchée il y a à peine trois semaines pour établir cette antenne canadienne — a indiqué que l’équipe de Moderna était en communication constante avec Santé Canada. « Tout le monde a travaillé de façon très diligente tout le week-end », a déclaré Patricia Gauthier en entrevue avec La Presse Canadienne lundi. Elle soutient que le processus suit son cours normal.

Un porte-parole de Santé Canada, Éric Morrissette, a affirmé de son côté que les documents sont examinés aussi rapidement que possible.

L’agence américaine de contrôle des aliments et des médicaments (FDA) a délivré une autorisation d’urgence pour le vaccin Moderna à la fin de la semaine dernière et les États-Unis sont ainsi devenus le premier pays à l’approuver. Ce vaccin contre la COVID-19 est par ailleurs le tout premier produit de Moderna à être homologué. La société avait été créée il y a une dizaine d’années pour travailler spécifiquement sur la technologie de l’ARN messager.

Les derniers documents dont Santé Canada avait besoin étaient liés à l’étape de la fabrication. Les doses canadiennes du vaccin Moderna sont fabriquées en Suisse, puis expédiées en Espagne pour le processus de « remplissage et finition » : six doses sont remplies dans chaque flacon, et les flacons sont mis dans des congélateurs pour le transport.

Jusqu’à 110 000 doses peuvent être transportées sur une seule palette. Moderna a l’intention de commencer à expédier son vaccin au Canada dans les 48 heures suivant l’approbation de Santé Canada ; on prévoit livrer jusqu’à 168 000 doses avant la fin de décembre, et deux millions d’ici la fin mars.

Santé Canada avait d’abord signé un contrat pour acheter à Moderna 20 millions de doses, mais Ottawa a exercé au début de décembre une option pour en acheter 20 millions de plus. Selon Mme Gauthier, ces 40 millions de doses permettront de vacciner les deux tiers de la population adulte canadienne.

Par ailleurs, le contrat prévoit que le Canada pourrait acheter 16 millions de doses de plus. Des sources non autorisées à s’exprimer publiquement ont indiqué à La Presse Canadienne qu’une décision d’acheter ou non ces doses supplémentaires serait probablement annoncée cette semaine.

Les enfants en 2021

Le vaccin Moderna n’est recommandé que pour les adultes de plus de 18 ans. Mme Gauthier explique que les essais cliniques sur les adolescents ont commencé plus tôt ce mois-ci et que le vaccin ne sera testé sur de jeunes enfants qu’en 2021.

Santé Canada a approuvé le vaccin de Pfizer-BioNTech le 9 décembre et la vaccination a commencé la semaine dernière. Il s’est écoulé environ cinq jours entre la réception des documents finaux du fabricant par Santé Canada et le feu vert donné à Pfizer. La conseillère médicale en chef de Santé Canada, la docteure Supriya Sharma, précise toutefois que les installations de production de Moderna sont nouvelles pour Santé Canada, ce qui pourrait exiger un peu plus de temps avant l’annonce de la décision.

Les vaccins de Pfizer et de Moderna utilisent tous les deux la technologie de l’ARN messager, qui envoie un code génétique aux cellules humaines pour leur « enseigner » à créer une réponse immunitaire au virus SRAS-CoV-2, responsable de la COVID-19. Les deux fabricants affirment que les vaccins sont efficaces à plus de 94 % pour prévenir l’infection.

Par contre, la technologie de Pfizer nécessite que le vaccin soit conservé à des températures très basses — entre -60° et -80 °C — jusqu’au moment de son administration, ce qui nécessite des processus d’expédition complexes, de la glace sèche et des congélateurs hors normes.

Le vaccin de Moderna, quant à lui, peut être maintenu stable à seulement -20° — et il peut même être gardé à température ambiante pendant près d’un mois. La société a déclaré la semaine dernière que si nécessaire, le vaccin pouvait être expédié à des températures comprises entre 2° et 8°.

Cela signifie que le vaccin de Moderna peut être déployé plus facilement partout où il est nécessaire, y compris dans le Nord, dans les communautés autochtones éloignées et à l’intérieur même des foyers de soins de longue durée — nul besoin de déplacer les gens.

Les vaccins de Moderna seront récupérés par FedEx en Europe et expédiés dans des congélateurs à Toronto, où la société de logistique Innomar Strategies en prendra possession. Le président d’Innomar, Guy Payette, a déclaré que sa société, l’« importateur officiel », effectuera un contrôle d’assurance de la qualité des vaccins, puis reconditionnera les expéditions en plus petites quantités à envoyer aux gouvernements provinciaux et territoriaux.

« Nous partons du principe que (la décision) est imminente et que nous devons être prêts lorsque les vaccins seront approuvés », a dit M. Payette à La Presse Canadienne.

Mme Gauthier participe maintenant à la mise sur pied de la division canadienne de Moderna, et prévoit embaucher une équipe dont l’objectif premier sera d’aider les gouvernements du Canada à faire administrer le vaccin. Elle ajoute que son bureau s’emploiera aussi à communiquer aux Canadiens des informations sur l’innocuité et l’efficacité du vaccin.