Alors que le Québec a enregistré samedi 2038 nouveaux cas de COVID-19, ce qui constitue un nouveau record, le manque de discipline pendant les Fêtes pourrait coûter cher, au mois de janvier, tant dans le réseau de la santé que dans la population en général, s’inquiètent des spécialistes à quatre jours de Noël.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

« On fait ça depuis trop longtemps pour avoir peur, mais on est tous très inquiets. Servir nos patients COVID et les autres en même temps, ça devient de plus en plus dur chaque jour », lâche le DMatthew Oughton, spécialiste des maladies infectieuses à l’Hôpital général juif de Montréal. Les visites en personne sont annulées depuis le début de décembre dans cet établissement, à l’exception d’un seul proche aidant.

Aux yeux du Dr Oughton, le plus grand danger reste l’impact qu’auront ces nouveaux cas quand ils se répercuteront sur le réseau. « On ne peut pas prédire exactement ce qui va se passer, mais on sait que ça va continuer à augmenter. Ça va être un fardeau continu, sans parler de la hausse potentielle des cas après les réunions et les achats de Noël. Ce n’est pas soutenable à long terme », dit le médecin.

Avec les 2038 nouveaux cas recensés samedi au Québec, le total cumulatif atteint dorénavant 174 839 personnes ayant été infectés, dont 149 245 se sont rétablies. Les autorités ont enregistré 44 décès supplémentaires, pour un total de 7715. Le nombre d’hospitalisations, lui, a baissé de six, mais demeure au-dessus du millier, avec 1005 patients hospitalisés, dont 142 aux soins intensifs, soit un de plus que la veille.

Ces chiffres sont associés à un autre sommet : jeudi, le Québec a fait plus de 42 000 tests de dépistage. L’Institut national de santé publique du Québec recense 17 879 cas actifs.

Dans un monde idéal, ces chiffres se stabiliseront si la majorité de la population se plie aux règles en place pendant les Fêtes, envisage M. Oughton, qui avoue avoir de sérieux doutes. « J’espère que ce sera le cas, mais quand je regarde les rassemblements qu’il y a eu au Canada lors de l’Action de grâce, ou encore les gens qui voyagent dans le Sud pour Noël, je suis moins optimiste », précise l’expert.

Le vaccin est certes encourageant, mais sur le court terme, la dernière semaine de décembre et la première de janvier seront difficiles.

Le DMatthew Oughton, spécialiste des maladies infectieuses à l’Hôpital général juif de Montréal

Les risques d’une mutation

En Europe, le gouvernement britannique a décidé de reconfiner Londres et le sud-est de l’Angleterre dès ce dimanche, portant un coup de grâce aux retrouvailles de Noël, pour tenter de juguler une envolée des contaminations attribuée à une nouvelle souche du coronavirus. « Il semble que cette propagation est désormais alimentée par une nouvelle variante du virus », qui se transmet « bien plus facilement », « jusqu’à 70 % de plus », a expliqué le premier ministre Boris Johnson.

Pour Thomas Poder, chercheur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal (ESPUM), une hausse de la contagiosité de la COVID-19 n’annonce rien de bon. « Ce virus a déjà muté au moins deux fois, c’est ce qu’on sait. La première fois, il était moins contagieux, mais là, c’est l’inverse. C’est aléatoire, et difficile à prédire », soutient-il. Chose certaine : la hausse des cas démontre que de moins en moins de gens suivent les règles, et entendent le message des autorités.

Les comportements à risque augmentent, et donc les cas suivent. Je ne vois pas comment on peut l’expliquer autrement. Pendant ce temps, on rappelle beaucoup de gens au travail dans les hôpitaux. Eux vont sortir épuisés de cet épisode.

Thomas Poder, chercheur à l’École de santé publique de l’Université de Montréal

Sa collègue Roxane Borgès Da Silva, professeure à l’ESPUM, est d’accord. « Plus il y a de cas, plus c’est préoccupant, puisqu’une partie des infections se retrouvent toujours à l’hôpital », rappelle-t-elle, en s’inquiétant « surtout » des éclosions en milieu de travail, qui totalisent toujours plus de 40 % des incidents de propagation rapportés.

Mme Borgès Da Silva rappelle que la situation est urgente dans de nombreux établissements. Samedi, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, affirmait que 10 hôpitaux étaient en situation « critique ». « On a une capacité de 2164 lits pour les patients COVID, ce qui inclut les lits en soins intensifs. Si on continue comme ça, on va dépasser notre capacité », a-t-il déclaré, ajoutant que plusieurs régions avaient dû « augmenter le délestage pour pouvoir soigner les patients », et ce, dans plusieurs secteurs.

Plus de 500 000 cas au Canada

À l’échelle du pays, le nombre de cas a dépassé le seuil des 500 000 infections samedi, et la contagion ne montre aucun signe de ralentissement dans plusieurs provinces. Cent mille cas se sont ajoutés au bilan du Canada en 15 jours seulement. Il s’agit de la progression la plus rapide de la pandémie.

Il avait fallu six mois pour atteindre les 100 000 cas. Quatre autres mois ont été nécessaires pour atteindre les 200 000. Moins d’un mois a suffi pour arriver à 300 000 et 18 jours pour atteindre 400 000. En Ontario, on a recensé 2357 cas de COVID-19. Le seuil des 2000 cas a ainsi été dépassé pour la cinquième journée d’affilée.

Au Québec, la campagne de vaccination bat toujours son plein ; 715 doses de vaccin ont été administrées vendredi, pour un total de 4020.

La situation demeure néanmoins inquiétante dans de nombreuses régions. Ainsi le nombre de nouveaux cas a bondi de 234 à 349 en Montérégie, de 78 à 129 en Estrie, de 88 à 122 en Mauricie et Centre-du-Québec, et de 88 à 125 en Chaudière-Appalaches.

L’île de Montréal a dépassé le plateau des 600 cas supplémentaires pour la deuxième journée d’affilée (605). Les autorités ont aussi rapporté 219 nouveaux cas dans la région de la Capitale-Nationale, 120 dans Lanaudière, 110 à Laval, 100 au Saguenay–Lac-Saint-Jean et 92 dans les Laurentides. Deux régions semblent moins touchées par cette croissance de la pandémie : l’Outaouais, où on n’a signalé que 20 nouveaux cas, près de deux fois moins que la veille, et la Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, qui en a enregistré six.

– Avec La Presse Canadienne

La COVID-19 en graphiques

Suivez la progression de la pandémie en temps réel dans notre page de graphiques interactifs.