Dès la semaine prochaine, 975 nouvelles doses de vaccin contre la COVID-19 pourront être administrées dans cinq centres de vaccination de l’île de Montréal. Mais parce que le vaccin de Pfizer-BioNtech doit être conservé dans des réfrigérateurs ultra-performants à très basse température, ils ne pourront être déplacés. La vaccination des personnes hébergées en CHSLD sera donc plus complexe.

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Cette semaine, la vaccination a débuté à Montréal au Centre hospitalier gériatrique Maimonides. « L’exercice se déroule très bien », indique la PDG du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal, Sonia Bélanger.

Mercredi, en point de presse, les autorités de santé publique de Montréal ont expliqué que cinq sites de vaccination seront en activité dès la semaine prochaine au CHSLD Jeanne-Leber, au CHSLD Notre-Dame-de-la-Merci, au Centre Maimonides, à l’hôpital Sainte-Anne et au CHSLD Saint-Henri. Le réseau montréalais commencera par vacciner les groupes prioritaires : les personnes hébergées dans ces CHSLD et leur personnel.

Les sites de vaccination choisis sont parmi les plus gros CHSLD de leur territoire respectif. Ils sont aussi situés à proximité de plusieurs résidences privées pour aînés. Le choix des sites de vaccination est important, a expliqué Mme Bélanger, car le vaccin ne peut être déplacé. Mais les résidants plus fragiles non plus.

C’est clair qu’on ne pourra pas déplacer les résidants qui habitent en CHSLD.

Sonia Bélanger, PDG du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal

Les résidants des cinq CHSLD ciblés comme sites de vaccination seront donc vaccinés en premier. « Par la suite, on va faire les employés de ces CHSLD concernés. Par la suite, en fonction des vaccins restants, on va offrir aux autres travailleurs de la santé et aussi aux résidants de RPA [résidences privées pour aînés] du territoire, explique Mme Bélanger. Il y a toute une logistique à mettre en place. » Selon elle, la situation évoluera alors que le nombre de doses reçues est appelé à augmenter dans les premiers mois de 2021.

Le vaccin déjà victime de fraudes

À peine deux jours après le lancement de la campagne de vaccination au Québec, plusieurs CIUSSS ont diffusé mercredi des avertissements, en réitérant que le vaccin contre la COVID-19 est gratuit et seulement offert par les établissements du réseau de la santé. « Ignorez toute communication qui vous indiquerait le contraire », a entre autres écrit le CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal sur Twitter.

Ces publications ont été faites à la demande du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS). Par courriel, ce dernier indique que « depuis l’annonce du vaccin, nous avons eu vent que des gens sans scrupules contacteraient des personnes âgées pour leur dire qu’ils vont les vacciner s’ils paient ».

« Il s’agit bien évidemment d’une fraude. Il ne s’agirait pas d’une situation très répandue toutefois », précise le porte-parole du ministère, Robert Maranda.

Celui-ci ajoute que le but du MSSS « est d’informer la population le plus possible ». « Toute communication électronique ou téléphonique proposant un vaccin contre la COVID-19 moyennant des frais est frauduleuse. Si quelqu’un pense avoir été victime d’une communication frauduleuse, il faut en informer le Centre antifraude du Canada », conclut d’ailleurs M. Maranda à ce sujet.

-Avec Henri Ouellette-Vézina