Le nombre de proches aidants autorisés en CHSLD est restreint à une personne pour la période du temps des Fêtes, soit du 17 décembre au 11 janvier, a annoncé la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants, Marguerite Blais, en conférence de presse, mercredi après-midi.

Léa Carrier Léa Carrier
La Presse

Pour freiner la propagation préoccupante du virus, Québec a présenté un ensemble de mesures renforcées en CHSLD et en résidence pour aînés (RPA).

« Nous sommes à un tournant de la pandémie, mais la situation demeure très inquiétante en dépit des efforts de vaccination qui commencent. […] Ces mesures que nous souhaitons mettre en place visent à protéger nos aînés tout en brisant leur isolement », a indiqué Mme Blais, aux côtés du conseiller médical stratégique de la Direction générale de santé publique, le DRichard Massé.

Les dernières consignes sanitaires concernent le nombre de personnes proches aidantes autorisées en CHSLD et en ressources intermédiaires (RI) de 20 personnes et plus. En palier d’alerte rouge, il s’agit d’un proche aidant connu du milieu de vie par période de 24 heures. En palier d’alerte orange, deux personnes seront autorisées pour la même période, sauf en milieu d’éclosion, où la barre redescend à une personne. En ce qui concerne les sorties à l’extérieur et à l’intérieur, elles ne seront pas permises.

Un assouplissement a toutefois été annoncé pour les personnes seules en RPA. Elles seront autorisées à se joindre à une seule et même bulle familiale pendant la période des Fêtes, à condition de se placer ensuite en isolement pendant sept jours.

Des réactions divisées

Dans les milieux de vie, les réactions aux nouvelles restrictions sont divisées. Franck Lasry, dont la mère a été l’une des premières résidantes du Centre gériatrique Maimonides vaccinées contre la COVID-19, se dit satisfait de l’annonce. Toutefois, il reconnaît voir une certaine incohérence dans le fait que ni les tests ni le vaccin ne sont obligatoires pour le personnel.

Il y a toujours un risque que les employés soient asymptomatiques. Le personnel entre en contact avec beaucoup plus de résidants que les proches aidants. Il me semble que les tests devraient devenir obligatoires, au moins pour la période des Fêtes.

Franck Lasry, fils d’une résidante du Centre gériatrique Maimonides

Pour la proche aidante Marie-Josée Noël, ce resserrement nuit plus aux aînés qu'il ne les protège. Depuis le début de la pandémie, elle a vu sa mère, résidante au CHSLD Berthiaume-Du Tremblay à Montréal, dépérir à vue d’œil. « C’est nous qui sommes les mieux placés pour voir qu’ils souffrent. On leur fait du bien, on aide le personnel. Quand tout le monde respecte les règles, il n’y a pas de problème. Pourquoi ajouter plus de restrictions ? », déplore-t-elle.

« Maintenir le lien social »

À défaut de permettre les visites dans les CHSLD et les RI pour la période des Fêtes, la ministre Blais a tenu à rappeler l’importance de « maintenir et favoriser le lien social avec les aînés ».

« Nous avons de nos jours tous les outils possibles pour le faire et je vous invite à faire preuve de créativité afin de partager des moments de bonheur avec vos proches. Décorations festives, repas thématiques, appels avec les proches, tous les moyens sont bons pour ajouter un peu de gaieté à ce temps des Fêtes difficile », a ajouté Mme Blais.

Elle a aussi profité de l’annonce pour inviter les aînés du Québec à se prévaloir du vaccin contre la COVID-19 dès qu’il sera offert dans leur région.

« On est sur les derniers milles. Il ne faut surtout pas lâcher à ce moment-ci. Nous voyons enfin la lumière au bout du tunnel, mais d’ici là, la patience et la prudence sont de mise. »

Selon l’évolution de la situation épidémiologique au Québec, ces mesures pourraient être reconduites après le 11 janvier 2021.