(Montréal) La rumeur persiste depuis plusieurs jours dans le milieu scolaire, mais le ministre de l’Éducation Jean-François Roberge y coupe court : il n’y aura pas d’annonce de fermeture prématurée des écoles ce vendredi.

Marie-Eve Morasse Marie-Eve Morasse
La Presse

Depuis quelques jours, des enseignants et parents rapportent que des directions d’école ont donné comme directive de ramener tous les livres et effets personnels des élèves à la maison au cas où les établissements scolaires fermeraient prématurément.

Or, le cabinet du ministre Roberge dément la rumeur « d’une annonce de fermeture des écoles aujourd’hui » et le ministre l'indique lui-même sur Twitter: «les élèves seront en classe lundi».

Le plan de Québec présenté il y a quelques semaines prévoit que les cours en présence se terminent le 16 décembre. Par la suite, les élèves du primaire comme du secondaire auront des contacts avec leurs enseignants à distance.

Chaque annonce d’une conférence de presse de Québec alimente les craintes d’une fermeture prématurée des écoles. « On ne veut tellement pas se ramasser comme au mois de mars avec rien, qu’on devient très prévoyants », commente une enseignante sur un groupe Facebook.

Après les vacances des Fêtes, l’école doit normalement recommencer le 4 janvier pour les élèves du préscolaire et du primaire. Les élèves du secondaire feront quant à eux l’école à distance jusqu’au 10 janvier.

La présidente de l’Alliance des professeures et professeurs de Montréal, qui représente les enseignants du Centre de services scolaire de Montréal, a expliqué à La Presse cette semaine que plusieurs enseignants se demandent s’ils pourront bel et bien revenir en classe avec leurs élèves comme prévu si les cas de COVID-19 continuent d’augmenter.

Il y a une « petite tendance à l’augmentation en milieu scolaire » des cas de COVID-19, a déclaré mercredi le directeur national de santé publique, Horacio Arruda.