Le temps des Fêtes n’est pas encore commencé que des salles d’urgence commencent à déborder un peu partout dans la province. Mardi midi, les hôpitaux de Lanaudière affichaient des taux d’occupation moyens de 172 %. En Montérégie, ce taux atteignait 136 %. À Montréal, plusieurs hôpitaux devaient traiter plus de patients que leur capacité le leur permet, notamment l’hôpital Royal Victoria (152 %), l’hôpital Maisonneuve-Rosemont (170 %) et l’hôpital général du Lakeshore (110 %).

Ariane Lacoursière Ariane Lacoursière
La Presse

Cet établissement de l’ouest de l’île de Montréal, désigné pour accueillir les patients COVID-19, est en éclosion depuis le 25 novembre. Au moins quatre unités sont touchées. En date du 8 décembre, cinq inhalothérapeutes, trois employés des soins intensifs et 15 employés travaillant sur les étages étaient contaminés, a appris La Presse. En tout, 35 patients ont aussi contracté la maladie.

Johanne Riendeau, présidente du Syndicat des professionnelles en soins de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal, précise que le 3e étage sud de l’hôpital, aux prises avec une éclosion, a été fermé ces derniers jours pour être décontaminé en entier. Le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal indique que l’unité a été rouverte lundi, mais fonctionne à 50 % de sa capacité par manque de personnel. Des patients non atteints de la COVID-19 y sont soignés.

Des intervenants essoufflés

Mme Riendeau témoigne que le personnel de l’hôpital général du Lakeshore, mais aussi d’autres hôpitaux de l’ouest de Montréal, est sous pression et fatigué. « On se noie dans la surcharge de travail », dit-elle.

Aux urgences de l’hôpital du Lakeshore, il manquait 7 infirmières sur 14 samedi soir. Des gestionnaires ont été appelées en renfort, affirme Mme Riendeau. Dimanche, le CIUSSS de l’Ouest-de-l’Île-de-Montréal demandait à la population d’éviter ses urgences. Une manifestation d’infirmières a aussi eu lieu devant l’hôpital.

Devant la hausse du nombre de cas de patients atteints de la COVID-19 dans les hôpitaux, le ministère de la Santé a demandé lundi à tous les établissements de la province de procéder à du délestage d’activités. Mme Riendeau affirme que le personnel dans les hôpitaux est « plus qu’épuisé ». Elle estime que le gouvernement devrait « très sérieusement » songer à mettre le Québec sur pause pendant Noël. « Actuellement, il y a encore des évènements, des mariages, qui ont lieu. Profitons du fait que tout est déjà fermé dans le temps des Fêtes. C’est le temps de le faire au lieu de regretter après », dit-elle. Une option que n’écarte pas le premier ministre François Legault.

Dans ses « Carnets pandémiques » publiés dans le magazine Québec Science, le chef de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont, le DFrançois Marquis, a écrit samedi être « choqué noir » par la situation qui prévaut au Québec.

Alors que le nombre de cas explose, les centres d’achats sont remplis, les billets d’avion pour le Sud s’écoulent malgré tout et le taux d’occupation dans les chalets frôle les 100 % pour le temps des Fêtes.

Le Dr François Marquis, chef de l’unité de soins intensifs de l’hôpital Maisonneuve-Rosemont

Le DMarquis dénonce le « je-m’en-foutisme » d’une partie de la population. « Je lance un cri du cœur. Il y a beaucoup trop de personnes, dans beaucoup trop de régions, qui ont décidé qu’elles allaient saboter les efforts collectifs. Ces agissements prolongeront probablement la deuxième vague de plusieurs semaines. Et croyez-moi, ce n’est pas le vaccin qui pourra nous aider. »

Des lits de plus en plus occupés

Tous les jours, il arrive que certains lits de soins intensifs ne puissent être ouverts par manque de personnel dans les hôpitaux du Québec, note le président de la Société des intensivistes du Québec, le DGermain Poirier. Mais avec une centaine de patients aux soins intensifs actuellement, la situation reste en général contrôlée, dit-il. « Où ça entre un peu plus, c’est au niveau des hospitalisations globales. Les hôpitaux commencent à être surchargés de patients COVID. »

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Le Dr Hoang Duong, président de l’Association des spécialistes en médecine interne du Québec, confirme que « la charge de travail commence à être éprouvante pour le personnel et les médecins ».

Le DHoang Duong, président de l’Association des spécialistes en médecine interne du Québec, confirme que « la charge de travail commence à être éprouvante pour le personnel et les médecins » aux étages.

Les patients COVID sont de plus en plus nombreux. Ça affecte de plus en plus d’hôpitaux, dans de plus en plus de régions.

Le DHoang Duong, président de l’Association des spécialistes en médecine interne du Québec

Alors que la province enregistre en moyenne 1500 cas par jours ces temps-ci, le DDuong prévoit une hausse des hospitalisations dans les prochains jours. « Ça surviendra en même temps qu’une période déjà achalandée », dit-il.

– Avec Gabrielle Duchaine, La Presse