(Ottawa) L’ambassadeur du Mexique au Canada a exprimé sa déception d’avoir entendu des élus conservateurs déplorer que les Mexicains pourraient avoir accès au vaccin avant les Canadiens.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

« Le Mexique a travaillé fort pour assurer un accès équitable à des vaccins pour tous. Nous croyons que la pandémie est le moment de promouvoir la solidarité plutôt que de faire preuve d’égoïsme, ce qui pourrait nous mettre tous en danger », a écrit sur Twitter l’homme de Mexico à Ottawa.

Il a mis en copie le chef du Parti conservateur, Erin O’Toole, ainsi que son élue albertaine et porte-parole en matière de santé, Michelle Rempel, dans ce tweet publié mardi après-midi.

Quelques heures auparavant, pendant la période des questions en Chambre, la députée Rempel avait utilisé le Mexique en exemple pour critiquer le délai d’arrivée du vaccin au Canada. « Je veux souligner que les Mexicains recevront le vaccin contre la COVID avant les Canadiens », s’est-elle insurgée.

Elle a cité le Mexique dans chacune des trois questions qu’elle a adressées à la ministre fédérale de la Santé, Patty Hajdu. « Pourquoi les Mexicains seront-ils vaccinés avant les Canadiens ? », a-t-elle notamment martelé.

Le ministre mexicain des Affaires étrangères, Marcelo Ebrard, écrivait mardi sur Twitter que « [le vaccin] Pfizer arrivera au Mexique en décembre cette année, s’il est approuvé par COFEPRIS [l’agence de réglementation sanitaire du pays] ».

En réplique à sa vis-à-vis, la ministre Hajdu, a nié qu’il fallait conclure automatiquement que les Mexicains seraient vaccinés avant les Canadiens. Avant qu’une campagne de vaccination puisse se mettre en branle, tout vaccin devra avoir été approuvé par Santé Canada.

Avant la députée Rempel, le chef O’Toole avait déploré que le Canada serait probablement derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et d’autres pays en ce qui a trait au déclenchement de la campagne de vaccination contre la COVID-19.

Dans une déclaration écrite, le leader de l'opposition officielle a réagi à la sortie de l'ambassadeur mexicain en indiquant que « les Mexicains devraient être fiers du fait qu’ils auront bientôt accès au vaccin contre la COVID », et que « nous aimerions que les Canadiens aient la même possibilité ».

« Le fait est que le Canada est derrière les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne, la France, l’Italie, l’Espagne, le Mexique, le Brésil, l’Inde et l’Indonésie pour l’approvisionnement en vaccins. Ça signifie que plus de 2,5 milliards de personnes [...] devancent le Canada pour un vaccin », a argué M O'Toole.

Le premier ministre Justin Trudeau a signalé que le vaccin devrait arriver au pays dans les premiers mois de 2021.