(Toronto) Pendant que l’Ontario dépassait encore lundi la barre des 1500 nouveaux cas de COVID-19, le gouvernement a recruté le général à la retraite Rick Hillier pour diriger la vaste opération vaccination dans cette province.

Shawn Jeffords
La Presse Canadienne

M. Hillier a été chef d’état-major de la défense des Forces armées canadiennes pendant trois ans. Le premier ministre Doug Ford a déclaré que le déploiement du vaccin nécessitera un expert en logistique. Il précise par ailleurs que la planification est déjà en cours avec les fabricants de vaccins pour le début d’un déploiement prévu au début de 2021.

La ministre de la Santé, Christine Elliott, a indiqué que l’Ontario recevra 1,6 million de doses du nouveau vaccin de Pfizer et 800 000 doses du Moderna. Mais avant que l’on reçoive ces doses, la ministre implore les citoyens à suivre les règles de santé publique pour limiter la propagation du virus.

En attendant, l’Ontario prévoit de prolonger le mandat de son médecin hygiéniste en chef, le docteur David Williams, dont le mandat devait prendre fin le 16 février prochain. La ministre Elliott a déclaré lundi que le gouvernement lui avait demandé de rester jusqu’en septembre. Le gouvernement a déposé en ce sens une motion à l’Assemblée législative, qui doit encore être adoptée par les députés.

Le docteur Williams a fait l’objet de critiques d’acteurs du milieu de la santé pour sa gestion de la pandémie ; certains estiment qu’il n’a pas fourni de directives claires et a tardé à imposer des mesures plus strictes au besoin. Le premier ministre Ford a défendu à plusieurs reprises le docteur Williams, affirmant qu’il avait joué un rôle clé dans la lutte de l’Ontario contre la COVID-19.

Pendant ce temps, l’Ontario signalait lundi 1589 nouveaux cas de COVID-19 et 19 nouveaux décès dus au virus. De ces nouveaux cas, 535 cas sont recensés dans la région de Peel, 336 à Toronto et 205 dans la région de York.

L’Ontario a également signalé 60 nouveaux cas liés aux écoles, dont au moins 51 parmi les élèves. Ce bilan porte le nombre d’écoles qui ont signalé au moins un cas à 676, sur les 4828 écoles financées par les fonds publics de l’Ontario.

Dans les foyers de soins de longue durée, 528 résidents sont actuellement atteints de la COVID-19 et 11 nouveaux décès ont été signalés lundi. La province affirme que 101 des 626 foyers de soins de longue durée connaissent une éclosion.

Confinement accru dans certaines régions

Toronto et la région de Peel sont entrés lundi dans le palier maximal de confinement du plan ontarien de lutte contre la pandémie-la « zone grise ». Cela signifie que pour au moins 28 jours, les commerces non essentiels ne peuvent offrir qu’un service de collecte, et les restaurants ne sont ouverts que pour les plats à emporter et la livraison. Les services de soins personnels doivent aussi fermer, mais les écoles et les services de garde demeurent ouverts.

Ce nouveau confinement avait été annoncé vendredi, mais il entrait en vigueur à minuit dimanche soir. Cela a permis aux résidents de Toronto et de la région de Peel de faire des provisions pendant la fin de semaine. Ils se sont d’ailleurs rués dans les centres commerciaux, qui ont allongé leurs heures d’ouverture afin d’éviter que trop de gens s’y rendent en même temps.

Toronto et Peel sont frappés des mesures les plus strictes, mais d’autres secteurs de l’Ontario observent également un resserrement des règles. Les régions de Durham et Waterloo rejoignent celle de York dans la zone rouge, lundi.

Les directives en zone rouge limitent les restaurants, les centres de conditionnement physique et les foires alimentaires à 10 clients à l’intérieur, en respectant les règles de distanciation physique. Des restrictions touchent également les rassemblements privés.

Les secteurs de Huron, Perth, Simcoe, Muskoka et Windsor-Essex passent de leur côté en zone orange, qui impose un maximum de 50 personnes dans les évènements publics intérieurs et de quatre personnes par table dans les restaurants.