Avec le flot d’informations ininterrompu sur la COVID-19, il peut être facile de se perdre dans les détails, surtout quand les mesures changent continuellement. Jeudi, le gouvernement Legault a dévoilé son plan à l’approche des Fêtes au Québec, en matière de rassemblements, mais aussi pour le réseau scolaire. En voici les grandes lignes, résumées en sept questions.

Henri Ouellette-Vézina Henri Ouellette-Vézina
La Presse

Qu’est-ce qui sera permis à Noël ? Et au jour de l’An ?

Les rassemblements de 10 personnes maximum seront autorisés, mais seulement pendant une période de quatre jours, du 24 au 27 décembre. Au jour de l’An, la situation sera toutefois beaucoup moins festive ; il sera interdit de se rassembler en dehors de sa bulle familiale, afin de contenir la contagion à l’approche du retour en classes. Que faire alors ? « On regarde le Bye bye », a dit François Legault sur le ton de l’humour. « Et on essaie d’oublier 2020 », a renchéri le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé.

Quel sera le calendrier au primaire ?

Le retour en classes se fera à la date qui était prévue au calendrier de l’établissement scolaire, soit autour du 4 janvier. Avant Noël, l’enseignement se fera toutefois à distance à partir du 17 décembre.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Jean-François Roberge, ministre de l’Éducation

Le ministre de l’Éducation, Jean-François Roberge, a promis que les enseignants allaient parler « au moins une fois par jour » à leurs élèves. Des travaux devront être réalisés quotidiennement.

Quel sera le calendrier au secondaire ?

Au secondaire, on applique le même principe qu’au primaire pour la période avant Noël : dès le 17 décembre, tout basculera en virtuel. Cependant, pour le secondaire, l’enseignement à distance se prolongera au moins jusqu’au 11 janvier. Il y aura toutefois une exception : les écoles spécialisées. Aucun changement ne sera apporté pour ces établissements accueillant surtout des jeunes vulnérables. Des discussions avec la Santé publique concernant l’ouverture de certaines activités sportives pour les jeunes, comme les arénas et les patinoires, progresseraient cependant à bon rythme, selon François Legault, qui espère pouvoir annoncer de « bonnes nouvelles » prochainement à ce sujet.

Quelles seront les règles dans les garderies ?

Il importe ici de distinguer garderies, centres de la petite enfance (CPE) et services de garde dans les écoles. Dans les deux premiers cas, rien ne change au calendrier, à ceci près que « si possible », il ne faudra pas y envoyer ses enfants à partir du 17 décembre afin de respecter la « quarantaine » demandée par le gouvernement. Les services de garde, eux, fermeront partiellement ; ainsi, à partir du 17 décembre, on y acceptera seulement les enfants de travailleurs essentiels (réseau de la santé, éducation, police, etc.).

Et les déplacements entre régions ?

Même si les rassemblements sont permis pendant une courte période, Québec recommande fortement de ne pas se déplacer de région en région. Si jamais cela est inévitable, il faudra redoubler de vigilance dans l’application des mesures et prendre « beaucoup de précautions », a indiqué jeudi le directeur national de santé publique, Horacio Arruda. Par exemple, quelqu’un de Montréal qui irait à Mont-Tremblant devrait « amener sa bouffe » afin de ne pas avoir à se rendre dans un restaurant ou une épicerie, a illustré le premier ministre Legault.

Qu’en est-il des restaurants et des gyms ?

Tous ces établissements demeureront fermés au moins jusqu’au 11 janvier prochain, tout comme les salles de spectacle, les cinémas et les musées, entre autres.

PHOTO PAUL CHIASSON, ARCHIVES LA PRESSE CANADIENNE

Les restaurants resteront fermés au moins jusqu’au 11 janvier prochain.

Si aucune baisse de cas n’était observée d’ici là, leur fermeture pourrait de nouveau être prolongée, a laissé entendre le gouvernement. Celui-ci promet que les mesures d’aide seront aussi prolongées pour tenir compte de ces nouveaux délais. Dans plusieurs régions, des commerçants ont toutefois déploré des problèmes d’accès au programme gouvernemental, ou encore des retards dans les versements. Les autorités affirment surveiller la situation « de près » et assurent que l’argent sera envoyé dans les semaines qui viennent.

Qui peut-on voir pendant les périodes permises ?

Du 24 au 27 décembre, on peut voir tant sa famille proche que ses amis ou même ses collègues de travail. Il ne semble pas non plus y avoir de restrictions quant au nombre de ménages, du moins pour le moment. La Santé publique réitère toutefois que toute personne présentant des symptômes de la COVID-19 ou ayant été en contact avec une personne à risque a le devoir de s’isoler pour freiner la propagation du virus.