Aux prises avec une forte hausse des cas, le Saguenay–Lac-Saint-Jean doit délester une partie des activités de son réseau de santé afin d’accueillir le nombre grandissant de personnes devant être hospitalisées en raison de la COVID-19.

Pierre-André Normandin Pierre-André Normandin
La Presse

Alors que le bilan québécois s’est amélioré récemment, le Saguenay–Lac-Saint-Jean poursuit sa tendance à la hausse. La région a atteint un nouveau sommet jeudi avec 241 nouveaux cas confirmés. C’est davantage que Montréal, 200, malgré une population huit fois plus petite. Cela représente ainsi pas moins de 87 cas par 100 000 habitants, un record à travers la province.

Le bilan humain au Saguenay s’est aussi alourdi jeudi. La région a rapporté trois morts, pour un total de 59 depuis le 1er septembre. C’est nettement plus que durant la première vague, où 26 morts avaient été déplorées.

Devant cette inquiétante tendance à la hausse, le Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay–Lac-Saint-Jean a annoncé jeudi une réorganisation de ses services. Le « nombre grandissant d’usagers atteints de la COVID-19 nécessitant une hospitalisation [et] la faible marge de manœuvre dont on dispose en matière de ressources humaines » imposent un tel délestage, plaide-t-on.

Bien qu’il s’agisse d’une décision difficile, la réorganisation de certains services permettra à notre établissement de se donner la capacité de faire face aux besoins, notamment ceux en termes d’hospitalisations liées à la COVID-19 qui augmentent de façon importante.

Julie Labbé, présidente-directrice générale du CIUSSS du Saguenay–Lac-Saint-Jean

Une nouvelle zone chaude a ainsi été mise en place à l’hôpital de Jonquière pour accueillir les patients atteints de la COVID-19. Mais sa création impose un brassage des services.

Ainsi, 10 lits devront être fermés « pour une durée indéterminée » à l’hôpital de La Baie. Le personnel ainsi libéré sera appelé à prêter main-forte aux unités de soins à l’hôpital de Chicoutimi. Les patients touchés par la fermeture de ces lits seront transférés à l’hôpital de Jonquière.

Dans les prochains jours, le bloc opératoire de l’hôpital de Jonquière sera aussi fermé, et ce, jusqu’au 4 janvier. Le personnel sera envoyé en renfort au bloc opératoire de l’hôpital de Chicoutimi.

Le CIUSSS prévient également que le « programme opératoire » sera affecté. Ainsi, il sera désormais planifié « quelques jours à l’avance » seulement. Seules les interventions chirurgicales urgentes et semi-urgentes seront réalisées. Les patients dont les opérations doivent être reportées recevront un appel dans les prochains jours.

Amélioration espérée

Devant ce lourd bilan, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, a dit espérer une amélioration rapide de la situation au Saguenay–Lac-Saint-Jean. « Il faut leur donner encore quelques jours pour se replacer », a-t-il dit en point de presse.

Le ministre a indiqué que la région avait connu des difficultés récemment, notamment avec des problèmes d’équipement. « Ça n’a pas été un bout facile. Mais j’ai l’impression qu’avec toute l’aide envoyée, l’appui pour le traçage, je pense que les choses vont se placer. »

Devant la tendance à la hausse toujours en place, le directeur national de santé publique, le DHoracio Arruda, a lui aussi dit espérer voir une baisse d’ici les Fêtes.

PHOTO BERNARD BRAULT, LA PRESSE

Le DHoracio Arruda, directeur national de santé publique

Il y a encore un mois d’ici Noël. On a vu dans d’autres régions qu’on est capables d’inverser la tendance.

Le DHoracio Arruda, directeur national de santé publique

Baisse ailleurs au Québec

Cette inquiétante tendance au Saguenay–Lac-Saint-Jean se fait sentir alors que la situation semble s’améliorer ailleurs dans la province. Le Québec a rapporté jeudi 1207 nouveaux cas confirmés.

Malgré cette embellie, le ministre de la Santé, Christian Dubé, a appelé à la prudence. « Le virus continue de circuler partout au Québec, on doit absolument limiter nos contacts si on veut [diminuer] le nombre de cas. »

Le bilan humain par contre continue à être élevé. Le Québec a rapporté jeudi 34 morts de plus, portant le bilan total à 6744 depuis le début de la pandémie. C’est dans la région métropolitaine que l’on a déploré le plus de décès, ce jeudi. La Montérégie a recensé huit morts, Montréal et Lanaudière sept chacune. Laval et les Laurentides en rapportent une chacune.

La Capitale-Nationale enregistre également quatre décès de plus. Enfin, les régions de la Mauricie et le Centre-du-Québec, l’Outaouais et Chaudière-Appalaches en rapportent chacune un.

Le nombre de personnes hospitalisées a légèrement reculé pour s’établir à 651. Du nombre, 101 se trouvent aux soins intensifs.

Le bilan provincial fait également état de 31 935 prélèvements réalisés mardi, pour un total de 3 586 364 depuis le début de la crise.

> Consultez tous nos graphiques interactifs à propos de la COVID-19 ici.