(Ottawa) Alors que le Canada continue de fracasser jour après jour des records en ce qui a trait au nombre de cas de COVID-19, Justin Trudeau signale son intention d’investir dans un vaccin fait maison, réservant 76 millions d'éventuelles doses auprès de l’entreprise Medicago.

Mélanie Marquis Mélanie Marquis
La Presse

Le fédéral injectera à ces fins jusqu’à 173 millions de dollars dans l’entreprise Medicago, de Québec, et y mettre sur pied une installation de production par l’entremise du même investissement pour un candidat-vaccin.

Le financement est assorti d’une entente en vertu de laquelle Ottawa mettrait la main sur une quantité suffisante pour vacciner jusqu'à 38 millions de personnes dans l’éventualité où les tests s’avéraient concluants.

Il s'agirait du premier candidat-vaccin développé au pays auquel le gouvernement du Canada aurait accès.

Le premier ministre a aussi annoncé une enveloppe de plus de 41 millions de dollars destinée au développement d’autres candidats-vaccins partout au pays, et ce, via le Programme d’aide à la recherche industrielle.

Ottawa a déjà signé six ententes de principe avec des pharmaceutiques à l’international pour l’élaboration d’un vaccin. Ceux de Moderna, Pfizer et AstraZeneca en sont à l’étape de la demande d’autorisation auprès de Santé Canada.

Le premier ministre est demeuré prudent lorsqu’il a été interrogé sur la possibilité qu’un de ces vaccins soit distribué avant la fin de l’année 2020, comme l’a laissé entendre le président américain Donald Trump lors du débat présidentiel de jeudi soir.

«Nous espérons certainement tous qu’un vaccin arrivera bientôt [...] mais je ne pense pas que les gens devraient s’attendre à ce qu’on ait un vaccin prêt à être distribué bien avant la fin de l’année, [peut-être] même pas avant le début de 2021», a-t-il soutenu.

Il est néanmoins «raisonnable» de penser que certaines doses soient disponibles aux alentours du jour de l’An, a-t-il précisé en anglais. Le cas échéant, elles ne seraient pas nécessairement nombreuses, et iraient en priorité à des gens plus vulnérables, a-t-il dit.

Arrivée de tests de dépistage rapides

En matière de tests de dépistage, Justin Trudeau s’est réjoui de l’arrivée au Canada de centaines de milliers de tests rapides en provenance de la pharmaceutique Abbott Panbio. « Nous les distribuons au pays au moment où on se parle », a-t-il spécifié.

Les 100 000 premiers iront à l'Ontario, même si le Québec continue de recenser le plus grand nombre de cas de la COVID-19. En conférence de presse, le sous-administrateur de l’Agence de la santé publique, le Dr Howard Njoo, n’a pas été en mesure de fournir des détails sur la logique derrière la distribution.

«On n’est pas exactement au courant des détails logistiques», a-t-il laissé tomber. «Mais c’est sûr qu’avec les autres livraisons, il y aura […] assez de tests rapides pour toutes les provinces et territoires », assuré au micro le numéro deux des autorités sanitaires fédérales.

- Avec Catherine Lévesque, La Presse Canadienne