(Laval) Lors de la première vague à Laval, la Place Bell avait servi de site non conventionnel pour recevoir des personnes atteintes de la COVID-19 dont l’état était stable. Cette fois, l’aréna Cartier servira de lieu pour les accueillir afin de désengorger les hôpitaux.

Véronique Lauzon Véronique Lauzon
La Presse

« C’est un copié-collé de la Place Bell », observe Isabelle Parent, responsable de ce site non conventionnel, lors d’une visite pour les médias vendredi.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Une des 50 chambres type.

Dès jeudi prochain, ce site lavallois pourra accueillir jusqu’à 50 personnes infectées par la COVID-19, et ce, qu’ils habitent dans des résidences pour aînés, des CHSLD ou leur propre demeure. « Si on risque de contaminer d’autres personnes en restant à la maison, parce que c’est impossible de s’isoler, on va envoyer la personne ici plutôt qu’à l’hôpital », explique Mme Parent.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Du matériel sanitaire en inventaire…. dans un vestiaire de hockey.

Dans les derniers jours, tout le système de ventilation de l’aréna Cartier a été refait pour s’assurer qu’il corresponde aux normes hospitalières, c’est-à-dire que l’air soit changé quatre fois par heure.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Tout le système de ventilation de l’aréna Cartier a été refait.

Toute une équipe de professionnels, dont des médecins, des infirmières, des travailleurs sociaux et des physiothérapeutes, s’occuperont des patients admis dans le seul site non conventionnel de Laval. « Lors de la première vague, la clé de notre succès était notre équipe, dont les spécialistes en réadaptation », souligne Mme Parent.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LAPRESSE

Les patients peuvent recevoir de la visite de proches aidants. « On donne ce titre à quelqu’un qui peut donner un soutien significatif, que ce soit moral ou physique », indique-t-elle.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Dans une salle communautaire se trouve une immense télévision, ainsi que différents jeux de société. Le service internet est aussi offert gratuitement.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, LA PRESSE

Des casse-têtes attendent les patients.